Première modification: Dernière modification:

Le Conseil d'État français a accepté les demandes des deux équipes et a décidé de maintenir leur catégorie et laisse désormais la résolution d'un nouveau format entre les mains des autorités. La demande de Lyon de reprendre la ligue a été rejetée.

La plus haute autorité administrative de France a tranché en faveur d'Amiens et de Toulouse dans leur combat pour éviter une descente en seconde division décrétée dans les dépêches. Le Conseil d'État a accepté les demandes de ces deux groupes qui affirmaient qu'il était "injuste" et "arbitraire" de perdre la catégorie à la suite de la suspension définitive de la ligue décidée fin avril, en raison de la pandémie.

Au moment du gel du championnat, en mars, Amiens (23 points) et Toulouse (13 points) étaient avant-derniers et durent respectivement avec neuf matchs d'avance chacun et Saint-Étienne marquant les places de sauvegarde avec 30 points.

Les deux équipes avaient des options mathématiques pour se sauver et pour le Conseil d'État, leur descente représente "un préjudice grave immédiat" aux intérêts des clubs.

Avec cette victoire pour Amiens et Toulouse, le Conseil charge désormais la Ligue de football professionnel (LFP) et la Fédération française de football (FFF) d'envisager un nouveau format pour la saison 2020-2021, qui doit commencer. le 22 août.

La Ligue 1 ayant déjà décrété la promotion de Lorient et Lens à la fin des tournois, la porte est désormais ouverte à la nouvelle compétition qui comptera 22 équipes et non 20.

A cet égard, Amiens a publié une déclaration dans laquelle il encourage la prise en compte de "l'équité sportive" dans ce nouveau format. Toulouse, pour sa part, a indiqué qu'il "se rend disponible" aux dirigeants du football pour "les accompagner dans la détermination des modalités d'organisation du championnat". Tous deux ont également applaudi la décision du Conseil d'État.

La Ligue 1 ne reprendra pas et Lyon perdra sa bataille

L'autre procès qui était sur la table a eu un sort très différent. C'est la demande de l'Olympique de Lyon de reprendre complètement ce qui restait de la ligue, comme cela se passe dans d'autres pays d'Europe.

Mais le Conseil d'État rejette cette demande et "valide les termes définis par la ligue". C'est quelque chose que la LFP a célébré et qui soutient qu'elle a suspendu le tournoi pour "l'intérêt général du football professionnel". La Ligue 1 défend qu'après la décision du gouvernement d'interdire les sports professionnels jusqu'en septembre, ils n'avaient pas d'autre solution.

Lyon était septième au moment de son arrêt et était à huit points de la quatrième place (Lille) qui marquait la dernière place pour les compétitions continentales.

Dans un communiqué, l'équipe insiste sur "l'achèvement de la ligue avec une formule adaptée", mais avec ce que le Conseil d'Etat a dicté, Lyon ne peut que gagner la finale de la Coupe de la Ligue contre le PSG pour passer à la phase préliminaire de la Ligue Europa.

Avec AFP