Première modification: Dernière modification:

Le Mexique rejoint l'Argentine, le Brésil et le Chili dans la chute brutale de l'activité industrielle en avril. Au quatrième mois de l'année, pratiquement aucun véhicule n'a été assemblé chez l'un des plus grands producteurs mondiaux.

Le Mexique n'a pas échappé aux chiffres rouges que les pays d'Amérique latine avaient enregistrés dans leur activité industrielle en avril et a souligné sa plus forte baisse en 25 ans de publication de la série.

La crise des coronavirus a fait chuter la production de ce pays de 29,3% en avril dernier par rapport au même mois de 2019, principalement en raison de la baisse de la construction, de la fabrication et de la production d'électricité.

L'Institut national de statistique et de géographie (Inegi) a expliqué que, en particulier, le secteur de la construction avait une baisse de 38%, l'industrie manufacturière de 35,3% et l'exploitation minière de 3,6%.

Le cas du Mexique n'est pas unique dans la région, ni le plus grave. En avril, la production manufacturière a également diminué en Argentine, au Brésil et au Chili, qui est le meilleur tiré.

France 24
France 24 © France 24

Les nouvelles ne viennent pas au bon moment pour le Mexique, dont l'économie, touchée par la pandémie, s'est contractée de 0,3% en 2019 et le fera probablement encore plus cette année, selon les prévisions de la Banque mondiale et de l'Organisation économique pour Coopération et développement économiques (OCDE).

France 24 avec EFE et Reuters