Economie

100 jours d’invasion russe de l’Ukraine et un impact économique ressenti aux quatre coins du monde

La guerre en Ukraine a atteint 100 jours ce vendredi, avec un nouveau paquet de sanctions contre la Russie par l’Union européenne et avec la perception des Nations unies que personne ne sortira vainqueur de ce conflit. Retour sur les dégâts économiques causés par l’invasion russe de son voisin.

L’invasion des troupes russes en Ukraine a commencé le 24 février 2022 et aujourd’hui, après 100 jours, ce sont déjà six paquets de sanctions que l’Union européenne a appliqués au Kremlin, sans y ajouter ses autres alliés occidentaux.

La nouvelle batterie de sanctions contre la Russie adoptée ce vendredi par le bloc communautaire interdit, à compter de 2023, « l’achat, l’importation ou le transfert, direct ou indirect, de pétrole brut ou de produits pétroliers (…) s’ils sont originaires de Russie ou sont exportés de Russie ».


Cet embargo touche 90% du brut que le bloc importait de Russie et n’est pas complet car cinq pays vont bénéficier de diverses dérogations qu’ils ont obtenues après un mois de négociations menées par la Hongrie.

Les sanctions imposées ce vendredi ne sont qu’une poignée des plus de 5 000 mesures exceptionnelles auxquelles, selon « Dialogue européen », le gouvernement de Vladimir Poutine a été soumis pour avoir poursuivi ce qu’il a appelé une « opération militaire spéciale » depuis le début . »

En outre, quelque 300 milliards de dollars de réserves d’or et de devises ont été gelés en Occident et le trafic aérien dans le pays est passé de 8,1 millions à 5,2 millions de passagers entre janvier et mars.


La Russie possède plus de 300 milliards de dollars d'or et de réserves internationales gelées en Occident.
La Russie possède plus de 300 milliards de dollars d’or et de réserves internationales gelées en Occident. ©France 24

Pendant ce temps, l’Ukraine estime qu’elle a subi un coup économique catastrophique : 35 % de son produit intérieur brut (PIB) ont été anéantis d’un seul coup par la guerre. « Nos pertes directes dépassent aujourd’hui 600 milliards de dollars », a récemment déclaré Andriy Yermak, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

L’Ukraine est un important producteur agricole et affirme qu’elle n’a pas été en mesure d’exporter quelque 22 millions de tonnes de céréales. Il attribue l’arriéré des expéditions aux blocus russes ou à la capture de ports clés.


L'Ukraine estime que la guerre a effacé 35% de son PIB
L’Ukraine estime que la guerre a effacé 35% de son PIB ©France 24

Les conséquences se sont propagées dans le monde entier, augmentant encore les coûts des produits de base qui battaient déjà leur plein dans de nombreux endroits, en raison des retards de transport laissés par la pandémie de Covid-19.

Les prix du pétrole brut à Londres et à New York ont ​​​​augmenté de 20 à 25% jusqu’à présent pendant la guerre, ce qui a entraîné une hausse des prix du carburant.

Bien que les approvisionnements énergétiques aient déjà enregistré des prix élevés depuis le début de l’année en raison de la hausse du prix de certaines matières premières, la guerre n’a fait qu’aggraver la situation.


La guerre en Ukraine a déclenché une augmentation inhabituelle des prix du panier familial à travers le monde
La guerre en Ukraine a déclenché une augmentation inhabituelle des prix du panier familial à travers le monde ©France 24

Selon l’économiste Richard Kozul-Wright de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, les pays en développement sont particulièrement pressés par la hausse des prix des denrées alimentaires, du carburant et du financement.

Avec AP et EFE