La France

Macron affirme que la Moldavie, dans des conditions normales, aurait vu ses chances d’adhérer à l’UE diminuées

Le président français, Emmanuel Macron, a souligné que l’adhésion de la Moldavie à l’Union européenne avait été influencée par l’invasion russe de l’Ukraine et a défendu que, dans des conditions normales, Chisinau aurait vu ses possibilités réduites.

Le président français Emmanuel Macron a rencontré mercredi son homologue roumain, Klaus Iohannis, dans le cadre de sa visite en Roumanie, où il a réaffirmé la position de Paris sur la guerre en Ukraine.

Macron, arrivé en Roumanie mardi après-midi, a été reçu par le Premier ministre Nicolae Ciuca. Tout au long de la journée, il a rencontré des militaires déployés sur la base de Kogalniceanu, selon les informations du journal ‘Le Figaro’.

Macron a ainsi prévenu que si le moment de l’adhésion de la Moldavie vient « il y aura des conditions ». « J’espère que nous pourrons donner une réponse claire sur la question de l’adhésion. Il est presque certain qu’il y aura des conditions avant que cela puisse aller de l’avant », a-t-il ajouté, comme l’a rapporté l’agence de presse DPA.

La Géorgie et la Moldavie partagent toutes deux leurs inquiétudes concernant les actions de la Russie et ont demandé leur adhésion formelle presque continuellement dans les semaines qui ont suivi l’invasion russe de l’Ukraine ordonnée par Vladimir Poutine le 24 février.


La région de Transnistrie, dont la population est majoritairement russe et ukrainienne, a pris de l’importance ces dernières semaines en raison de son lien avec le gouvernement russe et de son importante position géostratégique. Les autorités ukrainiennes sont venues dénoncer d’éventuelles incursions russes dans l’ouest de l’Ukraine depuis la Transnistrie.

INVASION RUSSE DE L’UKRAINE

Le président français a également indiqué dans son profil Twitter officiel que « alors que les combats se poursuivent en Ukraine, qui sont de plus en plus violents, nous ne pouvons nous permettre aucune faiblesse (…) Rendre insupportable le coût de la poursuite de cette agression pour la Russie, c’est mettre fin à la guerre sans faire la guerre », a-t-il déclaré.

« Renforcer la crédibilité de notre dissuasion, c’est faire en sorte que la Russie ne puisse pas imaginer poursuivre son agression. La France joue pleinement son rôle dans cet effort et le poursuivra. J’étais hier en Roumanie avec nos troupes pour le réaffirmer », a-t-il souligné.

En ce sens, Macron a défendu que l’objectif des sanctions imposées en Europe est de dissuader Moscou, une position qu’ils continueront à « imposer » tout en évitant les restrictions à l’exportation pour minimiser les conséquences sur le marché alimentaire mondial.