Economie

L’OIT affirme que 70% des emplois en Amérique latine sont informels

La pandémie a laissé environ 30% des emplois perdus qui n’ont pas encore été récupérés, touchant principalement les femmes et les jeunes. Une étude récente de l’Organisation internationale du travail révèle que plus de 70 % des emplois sont dans le secteur informel de la région et que la reprise de l’emploi ne se fera pas avant 2024 ou 2025.

Loin de récupérer l’emploi, l’informalité se développe. Une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT) révèle que les conditions qui favorisent l’informalité persistent en Amérique latine et qu’elle représente en nombre plus de 70 % des emplois.

Vinícius Pinheiro, directeur de l’OIT pour l’Amérique latine et les Caraïbes, a affirmé qu' »il y a encore un écart très considérable de 14 millions d’emplois perdus », et que le chômage et la baisse de la participation au marché du travail persistent.

L’étude – intitulée « Emploi et informel en Amérique latine et dans les Caraïbes : une reprise insuffisante et inégale » – indique que la région a subi « une baisse du niveau d’activité économique sans précédent dans l’histoire régionale », atteignant 7 %, ainsi comme une réduction du taux d’occupation de 10 %.

Selon l’étude, 26 millions d’emplois ont été perdus en 2020 en raison de l’impact de la pandémie et la reprise de l’emploi ne se produira pas avant 2024 ou 2025, malgré la croissance du produit intérieur brut (PIB) de plusieurs pays.

« Le panorama du travail est complexe et pose des défis de grande ampleur », a déclaré le directeur régional de l’OIT, ajoutant que « bien qu’il soit prématuré d’affirmer qu’un processus d’informalisation des professions auparavant formelles est observé, compte tenu des expériences des crises précédentes, il s’agit d’un risque latent important. »


« Ce qui se passe, c’est soit la reprise des mêmes emplois informels, soit une aggravation des niveaux d’informalité », a-t-il déclaré. Selon le représentant de l’OIT, c’est « précisément ce qui a rendu la région vulnérable à la pandémie », en plus de la protection sociale, qui n’atteint que 40 % de la population.

Le rapport indique que les personnes les plus touchées dans leur situation d’emploi par la pandémie sont les femmes, les jeunes et les personnes moins qualifiées. « L’impact disproportionné de la pandémie sur les jeunes est une bombe à retardement qui pourrait affecter la stabilité sociale et économique en Amérique latine », a déclaré Pinheiro.

La réduction de l’emploi entre le premier et le deuxième trimestre 2020 a atteint plus de 43 millions d’emplois, et la reprise ultérieure au premier trimestre 2021 était d’environ 29 millions, laissant un écart de 30% d’emplois perdus, qui n’ont toujours pas récupéré.

Avec EFE