La France

Les écoles françaises reprennent le face-à-face au milieu des critiques

Alors que le président français Emmanuel Macron considère que le retour fait partie de l’apprentissage à vivre avec le virus ; Les experts de la santé soulignent qu’il peut s’agir d’une mesure hâtive puisque la variante Delta pourrait être liée à une augmentation des hospitalisations d’enfants et d’adolescents.

Plus de 12 millions d’élèves et 866 000 enseignants ont repris le chemin des classes en France ce jeudi 2 septembre. Et pour marquer le début des cours en présentiel, le président Emmanuel Macron a visité une école à Marseille. Ceci dans le cadre d’une visite de trois jours dans la ville du sud pour aborder les problèmes de sécurité, d’éducation et de logement.

A partir de là, le président français a qualifié l’ouverture des écoles de « victoire ». « Nous devons continuer à vivre, éduquer et apprendre avec le virus », a déclaré Macron.

À son tour, il a appelé les adolescents à se faire vacciner. « Ils doivent continuer à se faire vacciner et ils ont besoin, même si je sais que c’est un peu désagréable, de continuer à porter un masque en classe, de se laver les mains et de garder leurs distances », a déclaré Macron aux enfants français, comme en témoigne une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Le président français, Emmanuel Macron, en compagnie du ministre français de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer.  Ils sont tous les deux à l'école primaire Bouge dans le quartier Malpasse de Marseille, dans le sud de la France, le jeudi 2 septembre 2021.
Le président français, Emmanuel Macron, en compagnie du ministre français de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer. Ils sont tous les deux à l’école primaire Bouge dans le quartier Malpasse de Marseille, dans le sud de la France, le jeudi 2 septembre 2021. © Daniel Cole / AP

Mais la vaccination a été justement l’une des plus grosses critiques de ceux qui considèrent que le retour en présence des élèves du primaire et du secondaire a été précipité car tous n’ont pas le schéma complet.

Environ 47% des enfants âgés de 12 à 17 ans ont les deux doses du vaccin Covid-19 et 63% ont reçu au moins une des vaccinations. Cela inquiète une partie de la population quant à la possibilité que le virus se propage plus rapidement, surtout maintenant qu’ils retourneront à l’école après les vacances d’été.

Les experts soulignent le risque de réouverture des écoles françaises au milieu de la variante Delta

Beaucoup craignent que les progrès qui ont été lentement réalisés ne s’inversent. Et c’est que la France est passée de plus de 23.000 contaminations quotidiennes mi-août à 17.000 aujourd’hui.

L’inquiétude augmente lorsque l’on prend en compte la variante Delta, qui, en France, est prédominante avec une incidence de 98 % selon un groupe de spécialistes de la santé qui, il y a deux semaines, a écrit un article dans Le Monde pour mettre en garde contre le risque des cours en présentiel.

Les experts soulignent que « le taux d’hospitalisation entre 0 et 19 ans augmente dans les pays où la variante Delta est dominante », comme en France. Ils soutiennent également que le nombre d’hospitalisations chez les enfants de 0 à 9 ans est « le double de ce qu’il était l’année dernière » à la même date, et « quatre fois » chez ceux de 10 à 19 ans.

Quant aux enseignants, environ 78% ont le schéma vaccinal complet. Ils soutiennent que la vaccination n’est obligatoire ni pour les étudiants ni pour les enseignants. « C’est votre choix », a déclaré Julie Bouvry, la directrice de l’école Rodin, située dans le centre de Paris. Bouvry a précisé que si un étudiant n’est pas vacciné et est en contact avec quelqu’un qui a contracté le Covid-19, il devra rester à la maison.

Une autre obligation à laquelle les élèves doivent répondre est que tous les plus de 6 ans doivent porter un masque lorsqu’ils fréquentent l’école.

Avec Reuters et AP