La France

Le Royaume-Uni soulève le retour des bateaux dans la Manche

Le gouvernement britannique a autorisé les gardes-frontières à effectuer des retours à chaud dans des circonstances particulières et avec l’aval de la ministre de l’Intérieur, Priti Patel, qui a justement rencontré mercredi son homologue français, Gérald Darmanin.

Le plan, avancé par plusieurs journaux britanniques, serait en préparation depuis plusieurs mois, selon la radio publique BBC, qui a rapporté que les agents frontaliers ont déjà reçu une formation à un examen des pratiques actuelles. Il ne resterait que quelques vérifications finales pour vérifier que la tactique est sûre.

Les autorités britanniques n’ont pas clarifié ce que l’on entend par circonstance exceptionnelle, mais elles ont reconnu la nécessité de réduire les flux migratoires dans la région. Rien que cette semaine, plus de 1 500 migrants ont été détectés en Manche et la tendance est clairement à la hausse depuis des mois.

Patel a qualifié mercredi les pourparlers avec Darmanin de « constructifs », mais ce dernier n’a pas épargné les critiques contre les retours hypothétiques. « La France n’acceptera aucune pratique contraire au droit maritime ni aucun chantage financier », a-t-il déclaré sur Twitter.

Ainsi, il a exhorté Londres à maintenir son « engagement » actuel et a fait appel à la collaboration et au respect mutuel. « L’amitié entre nos deux pays mérite mieux que des positions qui relèvent de la coopération entre nos services », a prévenu le ministre français de l’Intérieur.

BRUXELLES NE L’APPRECIE PAS

La Commission européenne, de son côté, a pour l’instant évité d’évaluer les informations qui viennent du Royaume-Uni car elle ne commente pas les annonces des pays ne faisant pas partie de l’Union européenne, bien qu’elle ait appelé de manière générale à respecter la loi internationale.

« Les politiques migratoires de l’UE sont basées sur une série de principes, y compris la pleine loi des normes internationales en coopération avec nos partenaires internationaux. De toute évidence, nous attendons de tous les partenaires qu’ils respectent pleinement le droit international », a déclaré le porte-parole de l’UE pour les migrations, Adalbert Jahnz, lorsque a demandé lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

La question migratoire et la politique d’asile ont été laissées en dehors du champ d’application de l’accord sur le Brexit car la partie britannique a refusé de négocier sur ce domaine avec l’Union européenne, de sorte que les parties n’ont pas de cadre spécifique pour le contrôle des migrations dans le Canal de La Mancha au-delà. les règles internationales du droit maritime.

« Nous suivons de près l’évolution de la situation dans les pays de notre voisinage », a ajouté Jahnz, qui a précisé que « rien n’empêche » les Etats membres d’avoir un « dialogue politique » bilatéral sur les migrations avec des pays tiers comme le Royaume-Uni. , mais qu’il y a des éléments qui relèvent de la compétence de l’UE.