Première modification:

Les prix élevés du cuivre, qui ont dépassé la barre des trois dollars la livre le mercredi 19 août, pourraient contribuer à accélérer la reprise au Chili, premier producteur mondial, dont l'économie a plongé de 13,2% au deuxième trimestre pour la pandémie.

Plus de 1,8 million d'emplois perdus et une contraction de plus de 13% du produit intérieur brut au deuxième trimestre, ont été deux des principales conséquences de la pandémie de coronavirus au Chili.

Mais ce ne sont pas toutes de mauvaises nouvelles. Le plus grand producteur mondial de cuivre célèbre les prix élevés du métal, qui ont atteint ce mercredi un plus haut depuis deux ans, dans un contexte de bonne marche d'actifs refuges face à la faiblesse du dollar.

Le prix du métal rouge a dépassé la barrière psychologique de trois dollars la livre, atteignant 3,02 dollars, un prix qui n'avait pas été vu depuis juin 2018 et qui représentait une augmentation de 2,69% par rapport à la veille, selon la Commission chilienne du cuivre (Cochilco).

Le gouvernement chilien espère que la hausse des prix des minéraux stimulera la reprise de son économie, gravement blessée par le coronavirus. Et ce n'est pas étonnant: le cuivre représente 50% de ses exportations.

Le président de la Chambre minière chilienne, Manuel Viera, a déclaré, pour sa part, que «nous pensons que le prix du cuivre clôturera 2020 entre 2,6 et 2,7 dollars la livre, générant des flux et des excédents pour le pays, contribuant à générer des emplois et ainsi continuer à être le moteur de la réactivation ».

L'exploitation minière est le seul secteur à éviter la contraction

La barrière de trois dollars la livre de cuivre a été atteinte un jour après que la Banque centrale du Chili a révélé que le PIB s'était effondré de 14,1% sur un an au cours du deuxième trimestre de l'année (13,2% par rapport au premier trimestre) et que l'exploitation minière était l'une des rares activités à avoir évité la chute (1,6%).

Contrairement à d'autres pays de la région, le Chili n'a pas suspendu les opérations minières et a maintenu la production stable pendant les mois les plus difficiles de la pandémie, malgré les déclarations des principaux syndicats appelant à la fermeture des gisements après de nombreuses infections.

Le Chili, qui représente 28% de la production mondiale de cuivre, a produit un total de 5,7 millions de tonnes en 2019, en baisse par rapport au chiffre record de 5,8 millions de l'année précédente.

Avec EFE