Première modification: Dernière modification:

Le principal homme arrêté pour l'attaque au couteau du vendredi 25 septembre, au cours de laquelle deux personnes ont été grièvement blessées devant l'ancien siège de l'hebdomadaire «Charlie Hebdo», aurait déclaré qu'il s'agissait d'une attaque contre le magazine. Six autres personnes proches de lui ont été arrêtées.

Le jeune homme de 18 ans arrêté le 25 septembre en tant qu'auteur présumé de l'attentat qui a eu lieu à Paris le même jour et qui a laissé deux journalistes de l'agence audiovisuelle «  Premières Lignes '' grièvement blessés, a déclaré aux responsables de l'enquête que son intention était d'attaquer «Charlie Hebdo».

Cela a été rapporté par des sources policières à l'agence de presse Reuters, ainsi qu'à plusieurs médias locaux. Selon ces informations, le jeune homme a assuré que son intention était d'attaquer le magazine satirique, dont l'ancien siège se trouvait sur les lieux des événements.

Des policiers inspectent les lieux d'un incident près des anciens bureaux du magazine Charlie Hebdo à Paris, France, le 25 septembre 2020.
Des policiers inspectent les lieux d'un incident près des anciens bureaux du magazine Charlie Hebdo à Paris, France, le 25 septembre 2020. © Gonzalo Fuentes / Reuters

Le détenu aurait également avoué avoir perpétré l'attaque en raison du fait que «  Charlie Hebdo '' avait republié les caricatures satiriques du prophète Muhammad pour lesquelles le magazine a été victime d'un attentat terroriste en janvier 2015 dans lequel 12 personnes sont mortes en aux mains des frères Chérif et Said Kouachi, tués deux jours plus tard par la police lors d'une poursuite.

Cependant, après l'attaque de 2015, le magazine a changé de siège et a déménagé à une autre adresse pour des raisons de sécurité. Après cela, maintenant dans le bâtiment se trouvent les bureaux de la société de production «Premières Lignes», où travaillent les deux journalistes blessés lors de l'attaque de vendredi.

Les étiquettes «Charlie Hebdo» agissent comme du «sectarisme»

Quelques heures après l'annonce de la nouvelle, Charlie Hebdo a exprimé «son soutien et sa solidarité» aux deux journalistes blessés, ainsi qu'à «Premières Lignes», une entreprise avec laquelle ils ont partagé des installations jusqu'en 2015.

La direction du magazine a également rejeté ce qui s'est passé et a assuré que «cet épisode tragique montre une fois de plus que le fanatisme, l'intolérance (…) sont toujours si présents dans la société française. Ces faits, loin de nous effrayer, doivent encore nous faire peur. plus combatif dans la défense de nos valeurs ".

En plus de l'auteur présumé du crime, les autorités ont arrêté six autres hommes pakistanais qui cherchent à savoir s'ils étaient complices des attentats. Cinq d'entre eux vivaient avec le principal détenu dans la ville de Pantín, près de Paris, alors qu'ils partageaient auparavant une maison avec le sixième.

L'attaque qui a eu lieu vendredi a eu lieu à un moment où le procès des attentats de 2015 se déroule devant le tribunal de Paris où 14 personnes sont jugées. Le processus a commencé le 2 septembre et devrait durer jusqu'au 10 novembre.

Avec EFE et Reuters