MADRID, 29 novembre. (EUROPA PRESS) –

La Cour de justice de France, juridiction centrée sur le comportement des ministres et hauts fonctionnaires, a acquitté ce mercredi le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, des accusations de prétendu conflit d’intérêts pour avoir prétendument utilisé sa position pour régler des comptes personnels. .

Le ministre Dupond-Moretti – avocat de profession et célèbre en France pour sa carrière axée sur la branche pénale – était accusé d’avoir profité de sa position à la tête du portefeuille de la Justice pour régler des comptes dans certaines affaires auxquelles il avait participé en tant qu’avocat. avocat dans le passé.

Dans un procès débuté il y a plus de trois semaines, le ministre Dupond-Moretti a défendu son innocence devant les magistrats et une dizaine de parlementaires, tout en dénonçant « l’infamie » d’un processus judiciaire fondé sur des « mensonges » et qui a été une « épreuve » pour lui et sa famille.

Dupond-Moretti a catégoriquement nié toutes les accusations portées contre lui et a soutenu que dans ses actions déjà à la tête de la Justice, il n’avait fait que suivre les recommandations de ses conseillers pour ouvrir des enquêtes contre des magistrats avec lesquels il avait eu des désaccords dans le passé.

Ainsi, le garde des Sceaux a réussi à convaincre la Cour qu’à aucun moment il n’a agi de mauvaise foi, et que les enquêtes sur ces magistrats étaient « le moindre de ses soucis » lors de sa prise de fonction, début juillet 2020, dans le gouvernement du Premier ministre de l’époque, Jean Castex.

Le parquet français avait requis un an de prison avec sursis contre Dupond-Moretti, peine qui permettrait au ministre d’éviter la prison malgré sa condamnation, toujours à condition de ne pas commettre de nouveau délit à l’avenir. sur la chaîne française BFM TV.

L’affaire du ministre Dupond-Moretti a suscité une certaine controverse dans la mesure où, malgré les accusations portées contre lui, le président de la République, Emmanuel Macron, et la Première ministre, Elisabeth Borne, ont exprimé leur entière confiance dans la personne en charge du portefeuille de la Justice.

A lire également