Le gouvernement azerbaïdjanais a dénoncé jeudi « l’ingérence directe » de la France et a convoqué l’ambassadeur de France à Bakou pour protester contre l’envoi d’un convoi humanitaire au Haut-Karabakh en présence de plusieurs hommes politiques français, dont la maire de Paris, Anne Hidalgo. .

Le ministère azéri des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué publié sur son site Internet avoir protesté auprès de l’ambassadeur contre « l’envoi de véhicules au poste frontière de Lachin sous le nom de ‘cargo humanitaire' », avant de dénoncer que les hommes politiques présents ont fait « déclarations provocatrices contre l’Azerbaïdjan ».

Ainsi, il a souligné que « les actions de la partie française constituent non seulement une ingérence directe dans les affaires intérieures de l’Azerbaïdjan, mais aussi une attaque contre la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays, protégées par le droit international ».

« Ces actes de provocation, qui sont un outil de la campagne de mensonge et de manipulation de l’Arménie, sont un autre exemple de mesures visant à aggraver la situation dans la région et à encourager l’Arménie à continuer de maintenir une position revancharde, intensifiée ces derniers jours », a-t-il expliqué. .

Le ministère azéri des Affaires étrangères a ainsi affirmé qu’« il considère la tentative d’envoi de marchandises vers le territoire internationalement reconnu de l’Azerbaïdjan sous quelque nom que ce soit et contre la volonté de la partie azérie, en dehors du cadre juridique de l’acheminement de l’aide humanitaire internationale et sans l’autorisation de l’Azerbaïdjan est un acte de provocation. »

« La France a insisté pour prendre des mesures dirigées contre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan, protégées par le droit international, ce qui met en danger le fragile processus de normalisation promu par les efforts actifs des acteurs internationaux dans la région », a-t-il déclaré.

La veille, Hidalgo avait publié un message sur son compte du réseau social X, anciennement Twitter, dans lequel il déclarait que les dix camions d’aide humanitaire envoyés par la France « sont bloqués ». « Il y a une crise humanitaire et il y a urgence », a-t-il ajouté.

De même, la maire de la capitale française a dénoncé qu’« aucune aide humanitaire ne peut entrer en Artsakh – nom officiel de la république autoproclamée du Haut-Karabakh –, ce qu’elle a qualifié de « violation absolue des droits de l’Homme ».

Les gardes-frontières azéris ont annoncé en avril l’installation d’un « poste frontière » dans le couloir de Latchine en réponse au « transport de personnel, de munitions, de mines et d’autres équipements militaires depuis l’Arménie vers des groupes armés arméniens illégaux en Azerbaïdjan », accusations rejetées par Erevan. .

Ces derniers mois, les deux pays ont échangé de nombreuses accusations de violation du cessez-le-feu de 2020, qui a mis fin à la seconde guerre du Haut-Karabakh – après celle de 1994 -. Le conflit s’est terminé par la victoire de l’Azerbaïdjan, qui a récupéré les territoires conquis par l’Arménie lors de la première guerre du Haut-Karabakh, dont l’importante ville de Choucha.

Depuis lors, les deux pays ont maintenu divers contacts pour tenter de signer un accord de paix, même si les pourparlers se sont heurtés à divers obstacles, notamment la situation autour du couloir de Latchine, qui relie l’Arménie à la république autoproclamée d’Arstaj. La zone compte la présence de soldats russes déployés comme soldats de maintien de la paix dans le cadre de l’accord de cessez-le-feu susmentionné.

A lire également