Première modification: Dernière modification:

La représentation du ministre de Louis XIV, connu pour l'héritage de sa doctrine économique et de sa régulation de l'esclavage dans les colonies françaises, était peinte en rouge et marquée de la phrase "Négrophobie d'État".

Mardi soir 23 juin, la statue de Jean-Baptiste Colbert, figure de proue du XVIIe siècle en France, située devant l'Assemblée nationale française à Paris, était en partie recouverte de peinture rouge et de l'inscription "State Blackphobia" , ont indiqué des sources parlementaires.

Le ministre de Louis XIV, Colbert (1616-1683), qui est entré dans l'histoire pour son volontarisme économique et industriel, est également considéré comme le précurseur du «  Code noir '', écrit en 1685 pour réglementer l'esclavage dans les colonies. Français.

Sa statue, qui se trouve au pied de l'Assemblée nationale à Paris, était recouverte de peinture rouge sur le torse et les jambes, et avec elle la phrase "Blackphobia d'État" était inscrite sur la base, ont rapporté des sources parlementaires.

Une vidéo publiée sur Twitter par la "Brigade anti-néphophobie" montre l'auteur des graffitis arrêté par la police et se justifiant: "Ce qui est interdit, c'est le racisme." Cet homme (Colbert) est un apologiste de la négrophobie ", assure.

Dans un contexte de manifestations antiracistes à travers le monde, suite au décès de l'Américain George Floyd aux mains d'un policier, les monuments et statues liés à l'histoire coloniale française ou à la traite négrière sont à nouveau au centre d'une polémique sur la Mémoire.

Ce n'est pas la première statue vandalisée dans ce contexte. Un buste du général De Gaulle a récemment été vandalisé et marqué de l'inscription "esclave" à Hautmont, dans le nord de la France.

Le piédestal de la statue du général Faidherbe (1818-1889), gouverneur du Sénégal, a été recouvert de graffitis dimanche, au cœur de Lille (nord), où se lisaient "colon" et "assassin" écrit en rouge, au lendemain d'une manifestation appelant à son retrait de l'espace public.

Par Alex Sinclair de RFI

Cet article a été initialement publié par RFI