Première modification:

Le gouvernement français finalise les préparatifs pour le début des cours et le retour au travail en septembre, pendant ce temps, en Allemagne, les autorités de Berlin ont interdit les manifestations "anti-couronne" au milieu de l'augmentation des cas et au Liban, le gouvernement a prolongé l'état d'urgence jusqu'à 31 décembre.

Peu de temps après avoir atteint 24 millions d'infections du nouveau coronavirus dans le monde, l'Amérique compte plus de 12,5 millions de cas sur son territoire comme étant le plus touché au monde, tandis que l'Europe dépasse les quatre millions.

Au cours de la dernière journée, le monde a enregistré environ 206 000 cas dans le monde, un chiffre quotidien inférieur aux cas enregistrés ces dernières semaines. Cependant, en Amérique, les infections continuent d'augmenter à une vitesse élevée, avec 96 000 cas au cours des dernières heures.

Selon l'Université Johns Hopkins, aujourd'hui, le monde a enregistré 23 930 000 cas et 820 246 personnes sont décédées de la maladie, mais 15 606 094 autres se sont déjà rétablies de la maladie.

Voici les principales nouvelles sur la pandémie de coronavirus ce 26 août:

  • La France exclut de largement subventionner les masques

Ce 26 août, le Premier ministre français, Jean Castex, a avancé une partie des protocoles de retour en classe et de travail qui auront lieu dans le pays le 1er septembre.

Castex a assuré que le gouvernement travaille pour que les Français puissent revenir à la normale depuis septembre et a assuré que malgré le fait que le pays enregistre chaque jour quelque 3000 nouveaux cas, la situation n'est pas la même que celle vécue en avril et mai, la pire mois de la pandémie.

Il a également réaffirmé que les enfants de plus de 11 ans doivent porter un masque dans les écoles après leur retour en classe et que cela sera également exigé dans les entreprises. Il a également précisé que le Gouvernement ne paiera pas pour les masques de tous les étudiants ni ne les subventionnera de manière généralisée.

"Aucun pays au monde n'a généralisé les masques gratuits", a-t-il déclaré dans une interview à la station 'France Inter'.

Dans son compte Twitter, il a par la suite précisé que "toute personne vulnérable par des critères médicaux peut" obtenir un masque, et a rapporté que "50 millions de masques ont été envoyés par courrier à neuf millions de citoyens en situation de précarité".

L'exécutif a imposé un plafond de 95 cents sur le prix des masques et l'amende pour ne pas les utiliser dans les endroits où il a été stipulé comme obligatoire est de 135 euros. Si, fin juillet, la possibilité de distribuer des masques gratuits à la population était sur la table, cette possibilité ne fait plus partie de la stratégie.

  • Le Liban prolonge l'état d'urgence jusqu'à la fin de l'année

Au milieu d'une augmentation des cas de coronavirus qui a été exacerbée après l'explosion du port de Beyrouth le 4 août, le Conseil suprême de la défense du pays a annoncé mercredi la prolongation de l'état d'urgence en vigueur dans le pays depuis le 15 août. de mars.

Parallèlement à la mesure, le président Michel Aoun a indiqué que le Conseil de défense avait demandé aux militaires et aux forces de sécurité d'appliquer strictement les règlements pour contenir l'urgence sanitaire, parmi lesquels l'utilisation obligatoire de masques dans tout espace public et maintenir la capacité d'accueil à 50%.

Une vue montre des dommages sur le site de l'explosion de mardi dans la zone portuaire de Beyrouth, au Liban, le 5 août 2020.
Une vue montre des dommages sur le site de l'explosion de mardi dans la zone portuaire de Beyrouth, au Liban, le 5 août 2020. © Aziz Taher, Reuters

Les cas dans le pays ont considérablement augmenté depuis l'explosion meurtrière du 4 août et la situation sanitaire dans le pays a atteint un moment critique avec quatre hôpitaux détruits et la moitié des centres de santé inopérants après la catastrophe.

Le dernier jour, le pays a enregistré 12 décès dus à la maladie, un nombre record sur le territoire. Au total, le pays enregistre 13687 infections par le nouveau coronavirus et 138 décès dus à la maladie à ce jour.

  • Allemagne: Berlin interdit les marches "anti-couronne"

Les autorités berlinoises ont interdit mercredi plusieurs manifestations prévues le week-end prochain contre les mesures imposées dans le pays pour empêcher l'avancée du coronavirus, un mouvement qui a été soutenu par l'extrême droite allemande.

La décision intervient après que la capitale allemande ait été le théâtre le 1er août d'une manifestation massive dans laquelle une grande partie des participants n'a pas suivi les règles de distanciation sociale ou d'utilisation de masques et à un moment où le pays vit une augmentation des infections.

Vue générale d'une manifestation à la porte de Brandebourg contre les restrictions gouvernementales au milieu de l'épidémie de coronavirus à Berlin, en Allemagne, le 1er août 2020.
Vue générale d'une manifestation à la porte de Brandebourg contre les restrictions gouvernementales au milieu de l'épidémie de coronavirus à Berlin, en Allemagne, le 1er août 2020. © Fabrizio Bensch / Reuters

Le haut responsable de la sécurité de Berlin, Andreas Geisel, a salué cette décision: "Nous devons peser le droit fondamental à la liberté de réunion et le caractère sacré de la vie … nous choisissons la vie", a déclaré Geisel dans un communiqué.

À un moment où le gouvernement étudie la possibilité d'imposer une nouvelle séquestration, le responsable a averti que la police agirait pour détenir ceux qui assistent à tout grand rassemblement, tandis que le chef du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne, Georg Pazderski, a critiqué le décision et l’a décrite comme injustifiée.

Avec EFE et AP