La France

La France critique devant l’ONU que la paix « est en danger » quand « les jeux de pouvoir s’intensifient »

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a critiqué ce lundi devant l’Assemblée générale des Nations unies que la paix « est en danger » lorsque les jeux de pouvoir s’intensifient, lorsque les mentalités de bloc réapparaissent et lorsque les tentatives de fait accompli politiques se multiplient.

« Notre responsabilité partagée est de maintenir la paix et la sécurité », a déclaré le chef de la diplomatie française, qui a fait référence à l’Indo-Pacifique, après la crise diplomatique déclenchée avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie après l’accord AUKUS, à préciser que « la France a de grands intérêts dans la région, à l’image de l’Europe, qui vient d’établir une stratégie dans la région ».

Cependant, il a prévenu que « la paix et la sécurité internationales sont en danger chaque fois qu’une crise éclate », comme en Afghanistan, où « notre devoir est d’apporter une aide à la population et il est dans notre intérêt commun d’être clair sur les enjeux politiques exigences et de sécurité vis-à-vis du régime ».

A Kaboul, il a prévenu que « tous les liens avec les organisations terroristes doivent être coupés », tout en insistant sur le fait que « les acquis des 20 dernières années ne peuvent pas être effacés. Surtout lorsqu’il s’agit d’accéder à l’éducation et aux droits des femmes et des filles ». .

Alors qu’il a prôné « poursuivre la lutte contre la menace terroriste » au Sahel, où il faut travailler pour « rétablir le dialogue là où il a été rompu et donner à la population de nouvelles perspectives d’avenir, œuvrant pour la stabilité et le développement ». Au Sahel précisément, Paris « adapte sa structure militaire pour préserver des capacités d’action à long terme et répondre aux attentes des partenaires régionaux ».

« Ces efforts, qui produisent de réels résultats, comme en témoigne le récent assassinat d’Abou Walid al Sahraoui, ne sont pas durables sans la stabilité politique et le respect du processus démocratique », a déclaré Le Drian, qui a souligné qu’il avait « surtout pris compte du calendrier des élections au Mali, qui doit être strictement respecté. »

C’est aussi l’objectif de la conférence internationale d’appui au processus politique et de restauration de la souveraineté de la Libye, qui se tiendra à Paris le 12 novembre.

« Que ce soit au Moyen-Orient divisé, le long de la ligne de contact en Ukraine, dans le Haut-Karabakh ou dans le Caucase du Sud, où le risque de conflit ne peut encore être écarté, nous devons prévenir les tensions, faire respecter le droit international et soutenir collectivement le processus de paix », s’est défendu le chef des Affaires étrangères.

Le Drian a également profité de l’occasion pour évoquer le pacte nucléaire et les pourparlers avec l’Iran, qui « ne peut pas se permettre de penser que le temps joue de leur côté, car plus son programme nucléaire est dangereux, plus le risque d’attaque est grand ». . « Les positions adoptées hier par les Etats-Unis ne peuvent justifier la violation continue par l’Iran de ses engagements » dans le cadre de l’accord, a prévenu le ministre, qui a souligné qu’il est « essentiel que les négociations reprennent très rapidement ».

Le chef de la diplomatie française a également déploré les attaques contre les personnels humanitaires et médicaux, « même lorsqu’ils apportent une aide d’urgence aux populations », pour lesquelles les moyens nécessaires doivent être fournis pour prévenir ces crimes et  » punir les coupables de les avoir commis, en Syrie, au Yémen, au Niger, en République centrafricaine, en Éthiopie et ailleurs. »

« Partout où la portée universelle des Droits de l’Homme est remise en cause », a prévenu Le Drian, qui a soutenu que « Les Droits de l’Homme universels sont la première traduction politique et juridique de l’unité de l’humanité, sans laquelle cette organisation, notre organisation n’aurait aucun fondement , « il a donc demandé de s’acquitter » de la responsabilité de les garder en vie. « 

Enfin, le chef des Affaires étrangères a souligné l’engagement de la France à « tous les combats pour la sécurité, la solidarité et l’égalité » alors qu’elle « se prépare à assumer la présidence du Conseil de l’Union européenne au premier semestre 2022 ». « Vous pouvez compter, Mesdames et Messieurs, sur notre détermination à assumer pleinement notre part de cette triple responsabilité », a-t-il conclu.