Première modification: Dernière modification:

La Coupe du monde débutera en Autriche le premier week-end de juillet et au total, huit courses se dérouleront sur dix semaines dans cette première phase. Les équipes travailleront dans des conditions isolées, mais il n'y aura pas de suspensions s'il y a des points positifs pour Covid-19.

Le grand événement du sport automobile commencera son chemin en cette année de pandémie en Autriche, avec un double rendez-vous sans précédent en Formule 1 (la première fois qu'un circuit accueille deux courses dans le même championnat). La saison débutera le 5 juillet au Red Bull Ring autrichien, qui accueillera à nouveau un grand prix le 12 juillet.

Cela commencera l'organigramme qui a détaillé, mardi 2 juin, le président de la Formule 1, Chase Carey. Il y aura huit courses en dix semaines, toutes sur le territoire européen, dans le cadre d'une première phase du renouveau. "Nous sommes impatients de publier le programme complet dans les prochaines semaines", a déclaré Carey.

Après les deux dates en Autriche, le Grand Cirque s'installe en Hongrie puis célèbre une autre double date, cette fois au Royaume-Uni. Silverstone accueillera les quatrième et cinquième Grands Prix de la saison du 2 au 9 août.

L'Espagne et la Belgique complètent l'agenda d'août et cette tournée européenne se termine en Italie le 6 septembre.

L'idée de l'organisation est que cette année 15 à 18 courses auront lieu, au lieu des 22 traditionnelles. Il convient de rappeler que les nominations en Australie, en France, à Monaco et aux Pays-Bas ont déjà été annulées. Ceux à définir sont ceux du Canada, de la Chine, de l'Azerbaïdjan et du Vietnam. Ce dernier grand prix fera ses débuts cette année.

Un retour sous isolement en «bulles» et sans suspension pour les positifs

Les dix équipes voyageront sur des vols charters et subiront des tests avant le départ, puis des tests seront effectués tous les deux jours. Le plan de la Formule 1 est de créer une "bulle", selon Chase Carey.

"Il y aura un transport contrôlé vers les hôtels et un transport aller-retour entre la piste et l'hôtel", explique Carey. De plus, le nombre maximum de personnes de chaque équipe dans la compétition est limité à 80, soit 50 personnes de moins que le nombre habituel. Ainsi, il y aura un personnel essentiel composé d'un total d'environ 1 200 membres.

À l'instar de ce qui a été adopté dans la ligue allemande de football, la Formule 1 a convenu qu'il n'y aurait pas de suspension des courses en cas d'enregistrement positif du nouveau coronavirus sur la grille. La ligne directrice est d'isoler cet individu et de le remplacer, même s'il est pilote.

Au milieu de ces conditions, il y a un sentiment de bonne acceptation parmi les protagonistes. Le Mexicain Sergio Pérez, de Racing Point, a déclaré dans un communiqué que "cela a frappé très durement les équipes sur le plan économique et que la réactivation sera comme un réservoir d'oxygène pour tout le monde".

De son côté, l'Espagnol Carlos Sainz, pilote McLaren récemment signé par Ferrari pour l'année prochaine, a montré sa satisfaction avec un bref "Come on !!" Sur Twitter.

La Formule 1 écoute Hamilton et rejoint la condamnation contre le racisme

La critique de Lewis Hamilton, champion en titre, a été entendue et la Formule 1 a rejoint les voix du sport qui condamnent le racisme au milieu du mouvement social déchaîné aux États-Unis après la mort de George Floyd lors d'une intervention policière.

"Nous sommes avec vous et avec toutes les personnes qui luttent contre le racisme", a déclaré la Formule 1. "Ensemble, nous sommes plus forts", ajoute ce texte qui vient après que Hamilton a critiqué sur Instagram qu'il n'y avait "aucun signe de personne". de votre industrie.

Comme Hamilton, d'autres grands noms du sport tels que Lebron James, la star de la NBA et la joueuse de tennis Serena Williams, font partie du grand groupe d'athlètes qui condamnent la discrimination et les abus de la police.

Avec Reuters