Sport

Des conditions défavorables compliquent la recherche du grimpeur chilien Juan Pablo Mohr en K2

L’alpiniste sud-américain fait partie de l’expédition qui, avec l’Islandais John Snorri et le Pakistanais Ali Sadpara, est porté disparu depuis le 5 février, alors qu’il tentait d’atteindre le deuxième plus haut sommet du monde. Au Chili, les autorités maintiennent des contacts avec leurs homologues pakistanais dans l’espoir de réussir le sauvetage.

Le trio d’alpinistes tentait de devenir le deuxième groupe à gravir le sommet du K2, situé à 8 611 mètres, en hiver. L’exploit a été réalisé le 16 janvier de cette année par un groupe de 10 Népalais, dont neuf appartenant à l’ethnie Sherpa.

Cependant, les conditions météorologiques dans la région ont empêché les hélicoptères militaires pakistanais de décoller pour fouiller la région depuis le 8 février. « Les hélicoptères sont prêts à voler. Nous attendons que la météo s’améliore », a déclaré Karrar Haidri, secrétaire du Club alpin du Pakistan.

L’agence de presse EFE a rapporté que deux alpinistes pakistanais ont abandonné leurs tentatives de recherche et sont retournés au camp de base en attendant que les conditions météorologiques s’améliorent dans la région.

« Nous mettrons tout en œuvre pour récupérer les héros disparus malgré les conditions météorologiques défavorables », a déclaré Shah Mahmood Qureshi, ministre pakistanais des Affaires étrangères, lors d’un entretien avec son homologue chilien, Andrés Allamand.

Le mont K2, également connu sous le nom de «  montagne sauvage  », offre un panorama complexe à gravir pendant la saison hivernale, lorsque la température atteint -50 degrés et les vents sont d’environ 90 kilomètres par heure.

Les données statistiques indiquent qu’un sur trois, soit jusqu’à 25%, des alpinistes qui cherchent à atteindre le sommet meurent en essayant. Récemment, la région a coûté la vie à deux athlètes, dans des conditions météorologiques défavorables.

Le gouvernement chilien reste optimiste

À travers un tweet, le ministère chilien des Sports a déclaré que les efforts de recherche avaient été interrompus en raison des conditions météorologiques, mais qu’ils ne s’étaient pas arrêtés.

« Le sauvetage n’a pas pris fin et comme indiqué par les autorités pakistanaises et son ministre des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi, il sera repris dans chaque » fenêtre « que la météo accorde dans la région », lit-on dans l’un des messages.

L’agence soutient que, pour réussir dans la recherche, ils maintiennent des contacts avec l’ambassade du Chili au Pakistan et d’autres organisations publiques de cette nation pour obtenir des images satellites qui permettent un meilleur soutien dans les efforts de sauvetage.

« Nous partageons la foi et l’espérance de millions de Chiliens », lit-on dans un autre message.

Juan Pablo Mohr, un amoureux des montagnes avec un record Guinness

Architecte de profession, Juan Pablo Mohr a commencé sa passion dans le monde de l’alpinisme à l’âge de 17 ans. En 2017, avec Sebastián Rojas, il a réussi à gravir le sommet de l’Annapurna (situé à 8091 mètres d’altitude), faisant du couple le premier Chilien à réaliser l’exploit.

Cependant, son plus grand succès est venu en 2019 lorsqu’il a inscrit son nom dans le record Guinness. A cette occasion, Mohr a complété une ascension vers le sommet du Lhotse (qui culmine à 8 516 mètres) et s’est lancé sans pause sur la route du sommet du mont Everest à 8 848 mètres sans avoir besoin d’oxygène artificiel pour atteindre l’objectif.

Son intention d’atteindre l’ascension du K2 en hiver a été éclipsée par la mort du grimpeur espagnol Sergi Mingote, avec qui il a gravi le Lhotse en 2019, après avoir subi un accident dans l’ascension.

Début février, il a rejoint l’Italienne, Tamara Lunger, qui partirait le 5 février, alors le Chilien a rejoint John Snorri, Ali Sadpara et Sajid Ali, le dernier fils de Sadpara et qui a dû retourner au camp de base pour file. problèmes avec votre détendeur d’oxygène, pour compléter votre mission. Vendredi, les trois grimpeurs se trouvaient dans le soi-disant «goulot d’étranglement», une zone pour atteindre le sommet situé à 8 200 mètres d’altitude, a indiqué Sajid.

«Je pense que si l’opération de recherche se poursuit, elle devrait se concentrer sur la localisation des corps. Sinon, les chances de survie à 8200 mètres, en hiver, sont très faibles et elles ont disparu depuis trois jours, donc les chances de survie sont bas », a ajouté le jeune homme.

Dans son expérience d’alpiniste, Mohr a terminé cinq des 14 « huit mille ». De plus, il dirigeait une fondation dans son pays dont l’objectif était d’encourager l’amour de l’alpinisme au Chili.

«J’expose mon corps aux limites qui doivent être exposées pour pouvoir faire ces montagnes. Celui d’avoir une aide supplémentaire ou complémentaire, comme obtenir de l’oxygène, n’a pas lieu. Justement, en haute montagne, il y a un manque d’oxygène. C’est donc un piège d’affronter la montagne avec de l’oxygène », a-t-il déclaré dans une interview au journal chilien La Tercera, en 2019.

Avec EFE et AP

gestioninclusive@gmail.com