Ciotti "assume" le devoir d'unir la droite en France pour faire face au "terrible danger" de la gauche

Le chef du parti Les Républicains, Eric Ciotti, a affirmé mardi qu'il « assume » le devoir d'unir les partis de l'échiquier politique de droite pour faire face au « terrible danger » que représente une gauche « disciplinée, mobilisée et organisée ». .

Ciotti a été le protagoniste ces derniers jours après avoir annoncé son intention de parvenir à un « accord » avec le Rassemblement national d'extrême droite de Marine Le Pen, même s'il n'a pas reçu le soutien de son parti et que le conseil d'administration a fini par le licencier, bien que Justice plus Il a ensuite accepté avec lui et a suspendu son expulsion.

« Le 11 juin, j'ai pris une décision très importante, celle d'assumer l'union de la droite. Une décision rapide mais réfléchie, qui, bien sûr, aurait pu affecter certains d'entre vous », a déclaré Ciotti au début d'une vidéo publiée sur son site Internet. réseaux sociaux dans lesquels il insiste sur le fait que la décision était correcte pour le pays et son parti.

« Face à l'urgence de la situation, face aux dangers auxquels notre nation est confrontée, j'ai pris une décision. Je suppose que ce choix est nécessaire pour notre famille, politique, indispensable à nos idées, vital pour notre pays, car devant nous se présente un terrible danger », a ajouté le leader de Los Republicanos.

Selon Ciotti, le plus haut représentant de la droite classique française, les partis de gauche se sont regroupés autour du Nouveau Front populaire, qui comprend « des fanatiques, des antisémites et des factions ». « Le risque est trop grand et chacun d'entre vous doit le mesurer », a-t-il ajouté.

« Dans le contexte de ces élections à venir, qui seront si décisives pour la France (…) nous avons choisi une alliance électorale avec le Rassemblement National. Nous sommes fidèles à ce que nous sommes, c'est-à-dire à une droite qui cherche toujours à font autorité, liberté et responsabilité », a souligné Ciotti.

La décision de Ciotti d'établir une alliance avec Le Pen a provoqué une profonde crise interne au sein des Républicains, dont le conseil d'administration est même allé jusqu'à le dénoncer, même s'il est vrai que quelques jours plus tard, la Cour a annulé la décision et lui a ordonné de rester au pouvoir. chef du jeu de fête.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé la convocation d'élections législatives anticipées dimanche 9 juin, alors que le décompte des élections européennes n'avait pas encore commencé, mais les sondages à la sortie des urnes pointaient déjà vers une victoire éclatante du Rassemblement national.

Les élections auront lieu les 30 juin et 7 juillet. En raison de la faible marge de vote, les principales formations politiques françaises ont rapidement entamé un mouvement d'alliance. Les partis de gauche se sont regroupés autour du Nouveau Front populaire, tandis qu’à droite, les coalitions doivent encore se former.

A lire également