Première modification:

Dans un sprint spectaculaire et serré entre quatre coureurs, l'Australien Caleb Ewan a remporté sa deuxième victoire à Poitiers. Le coureur du Lotto-Soudal a passé adroitement le Slovaque Peter Sagan et l'Irlandais Sam Bennett. Sagan a été pénalisé pour avoir donné un coup de coude à Wout Van Aert dans les derniers yards. Il n'y a eu aucun changement dans le général.

Les intérêts du Tour de France sont variés. Tous les cyclistes ne rêvent pas du célèbre maillot jaune. Gagner une étape ou porter l'un des maillots distinctifs est l'objectif de nombreux membres du peloton. Ce sont des réalisations qui marquent une carrière.

La onzième étape du Tour avec son parcours plat de 167,5 km entre Châtelaillon-Plage et Poitiers était destinée aux sprinteurs. Les sprinteurs savaient qu'après cette étape, il n'y avait plus beaucoup plus de chances de victoire à cause du parcours montagneux des 10 prochains jours.

Caleb Ewan n'a pas manqué cette occasion de remporter sa deuxième étape sur ce Tour. L'Australien a de nouveau réussi à dépasser ses rivaux sur la ligne avec une vitesse de pointe exceptionnelle. C'était une question de centimètres pour déterminer l'ordre d'arrivée entre Ewan, Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) et Wout Van Aert (Jumbo-Visma).

Peter Sagan, sanctionné pour manœuvre dangereuse au sprint

Peter Sagan a été sanctionné par les commissaires sportifs pour avoir poussé dangereusement Wout Van Aert pendant le sprint. L'ordre final de cette étape est donc Caleb Ewan, Sam Bennett et Wout Van Aert.

Le penalty contre Sagan a de grandes conséquences dans le classement par points du meilleur sprinter. Avant cette étape, Sam Bennett était premier avec une avance de 21 points sur Sagan. Le Slovaque de Bora prévoyait de réduire cet écart à Poitiers mais la punition des commissaires a eu l'effet inverse: il a désormais 68 points de retard.

Ainsi, le rêve de Sagan de remporter un huitième maillot vert est compliqué. De plus, Sam Bennett l'a dépassé au sprint intermédiaire au kilomètre 108.

Une étape tranquille pour les favoris au général

L'étape 11 a été animée par une longue évasion en solo de Matthieu Ladagnous (Groupama-FDJ). Le coureur français s'est échappé sur 125 kilomètres mais les équipes de sprinter ne lui ont pas laissé beaucoup d'espoir, le peloton l'a rejoint à 43 kilomètres de la ligne d'arrivée. A six kilomètres de l'arrivée, l'Autrichien Lukas Postleberger (Bora-Hansgrohe) a tenté de surprendre le troupeau avec une attaque mais a été immédiatement traqué par Bob Jungels et Kasper Asgreen (Deceuninck-Quick Step).

Les favoris pour la victoire finale à Paris ont eu une journée tranquille. Le Slovène de Jumbo-Visma, Primoz Roglic continue de mener le classement général avec 21 secondes d'avance sur le Colombien Egan Bernal (Ineos Grenadiers), et 28 secondes sur le Français Guillaume Martin (Cofidis).

Trois autres coureurs colombiens sont toujours parmi les 10 premiers au classement général: Nairo Quintana est cinquième, Rigoberto Urán sixième (tous deux à 32 secondes du leader) et Miguel Angel López neuvième à 1,15.

Demain sera la plus longue étape du Tour

Pour la douzième étape de demain, les coureurs couvriront la plus longue section de cette édition: 218 km entre Chauvigny et Sarran avec un profil qualifié de «rugueux» selon les organisateurs du Tour.

Les quatre prix de la montagne offrent des opportunités d'évasion qui recherchent la victoire d'étape. Dernière difficulté de la journée, Suc au May situé à 25 km de la ligne d'arrivée (3,8 km à 7,7%, deuxième catégorie), offre des seconds bonus aux trois premiers (8, 5 et 3).

Le profil des derniers kilomètres en légère montée pourrait convenir à des coureurs comme le Français Julian Alaphilippe et le Belge Wout Van Aert.

Notre guide de TDF 2020.
Notre guide de TDF 2020. © France 24