La France

Barnier prône « de changer » la politique d’immigration en France pour « éviter l’effondrement » de la société


Barnier avait déjà proposé un « moratoire » de cinq ans pour fermer la frontière française à la migration et a promis d’organiser un référendum sur la politique d’immigration s’il remporte les élections qui auront lieu en 2022.

Comme il l’a expliqué à ce média, le « moratoire » servirait à « évaluer les procédures, évaluer comment les changer » et à « travailler ensemble » avec des pays comme l’Espagne, l’Italie ou l’Allemagne dans le but « d’avoir une politique européenne commune et aussi le contrôle « depuis les frontières françaises.

L’ancien négociateur de l’UE soutient que la France doit « regagner sa souveraineté juridique », une idée qu’elle juge « importante » et qu’elle a déjà montrée dans un acte électoral pour les primaires républicaines, où elle a souligné que l’objectif était « de ne plus être soumis aux arrêts de la Cour de justice de l’UE ou de la Cour européenne des droits de l’homme ».

La Commission européenne a par la suite rappelé à Barnier la primauté du droit communautaire et a souligné, évitant de répondre directement, que les compétences en matière de migration sont partagées entre l’UE et les gouvernements nationaux mais que ce n’est pas la Commission qui « fixe » les quotas migratoires car il s’agit d’un concerne exclusivement les pays membres.

L’homme politique français a fermement insisté lors des procédures de divorce entre le Royaume-Uni et l’UE sur la nécessité pour Londres d’assumer les pouvoirs de la Cour européenne, mais depuis qu’il est revenu à la politique française, il a durci son discours sur les migrations et la souveraineté nationale.

En tout cas, Barnier doit subir des primaires internes en novembre pour décrocher la candidature à la présidence, un processus dans lequel il affronte déjà l’actuelle présidente de la région parisienne d’Ile-de-France, Valérie Précresse, ou l’ancien député européen Philippe. Juvin, entre autres. « En effet je suis candidat et j’ai la détermination de convaincre mes compatriotes et d’abord mes coreligionnaires », a-t-il indiqué.

« PRÉSOCUTIONNÉ » PAR LA RUPTURE DU BREXIT

En revanche, Barnier a manifesté sa « vraie inquiétude » face à la rupture par le Royaume-Uni des accords du Brexit, qui ont été « négociés ligne par ligne, mot pour mot, je dirais manger contre virgule ».

« Maintenant, ils repartent en perdant leur parole », a-t-il déploré, avant de demander au gouvernement de Boris Johnson, en tant qu’homme politique, puisqu’il ne parle plus au nom de l’UE, de « respecter la signature et de respecter ce qui a été décidé ». .

Selon lui, « la confiance et, en l’occurrence, la perte de confiance » est en jeu en la matière. Dans ce contexte, l’ancien négociateur européen a fait allusion aux « nombreux défis communs » qui ne font pas partie de l’accord, énumérant la lutte contre le terrorisme, le changement climatique ou la pauvreté en Afrique, « qui donne des ailes à l’immigration clandestine », entre autres. « Tous ces problèmes qui se rejoignent, je pense qu’ils méritent de reprendre confiance », a-t-il ajouté.

Lors de sa visite en Espagne, Barnier a donné la XIe conférence commémorative Carlos de Antwerp, une conférence qui portait précisément sur les leçons tirées du Brexit. Dans son discours, l’homme politique français s’est félicité du « grand projet » qu’est l’UE et a souligné à quel point la procédure de divorce a été « douloureuse », ce qui l’a conduit à écrire un livre, récemment publié en Espagne, qui rassemble son « journal » pendant négociations.

Dans ce contexte, et en ce qui concerne le processus de négociation, il a souligné deux caractéristiques, la transparence et l’unité. Concernant la transparence, il a expliqué qu’il avait été décidé « de tout dire, de toutes les questions, à tous, en même temps » pour lequel un groupe de délégués Brexit a été constitué avec l’autorité des ambassadeurs. « J’ai dit la même chose au chancelier d’Allemagne qu’au Premier ministre de Malte et c’est ainsi que la confiance s’est établie », a-t-il illustré.

En référence à l’unité – « quelque chose que les Britanniques n’ont pas compris » -, Barnier a souligné que « chaque fois qu’un pays avait une préoccupation spécifique, il était obligatoire que ce soit la préoccupation des 26 autres ». « Les problèmes de chacun des pays sont devenus le problème de tous », a influencé, avant d’énumérer des aspects tels que la pêche, qui a directement touché huit pays, dont l’Espagne, et une zone qui a reçu le soutien du reste des membres.

« Nous devons continuer à être vigilants dans l’application de ces accords », a résumé l’ancien négociateur européen, qui a demandé « de répondre et de comprendre » des aspects tels que la colère et la colère sociale pour éviter de futures procédures de divorce d’autres membres du bloc. « Si nous n’apportons pas les changements nécessaires, il peut y avoir d’autres situations à d’autres endroits. Il est trop tard pour les Britanniques, mais pas pour nous », a-t-il ajouté.