Première modification: Dernière modification:

Le président argentin Alberto Fernández a pour l'instant renoncé à l'expropriation de l'entreprise agro-exportatrice, après qu'un juge eut mis fin à son intention. Maintenant, il accepte un plan présenté par le gouvernement local de la province de Santa Fe.

Moins de deux semaines se sont écoulées depuis l'annonce, de sorte que le président argentin, Alberto Fernández, a dû renoncer (pour l'instant) à son projet d'exproprier l'agro-exportateur traditionnel Grupo Vicentín.

Le 8 juin 2020, le président a surpris avec la proposition de traiter – via la législation – l'intervention de l'un des plus grands transformateurs et exportateurs de céréales et dérivés d'Argentine fondé à Avellaneda (Santa Fe) en 1929.

Mais l'initiative a été très mal reçue et le juge en charge de la faillite, Fabián Lorenzini, a contesté l'intervention décrétée par Fernández et ordonné la réintégration du conseil d'administration de l'entreprise.

Elle a également généré toutes sortes de protestations, de celle des hommes d'affaires à celle de milliers de citoyens qui voient l'expropriation de mauvais yeux et sont descendus dans la rue de manière massive pour manifester leur mécontentement.

"Plan B": intervention avec changement d'administrateur

Le Groupe Vicentín est entré en cessation de paiement le 4 décembre 2019 et le 10 février il a demandé la mise en faillite préventive des créanciers au milieu d'une situation que la société qualifiait de «stress financier» et dont le gouvernement d'Alberto Fernández blâme ses administrateurs actuels.

Selon le gouvernement argentin, les dettes de l'entreprise s'élèvent à environ 1,4 milliard de dollars, réparties sur 2 000 créanciers, entre producteurs, banques d'État et banques privées, et même multilatérales.

Le projet d'expropriation ayant été interrompu, le gouvernement de Santa Fe a proposé comme alternative d'avoir une "direction" avec le contrôle de l'État, les créanciers et les actionnaires de la société, descendants de la famille fondatrice Vicentín. La proposition a été soutenue par le gouvernement Fernández, qui a toutefois averti que si elle ne réussissait pas, elle aurait recours à l'expropriation.

Photo publiée par la Présidence argentine du Président en conversation avec les dirigeants de Vicentín lors d'une réunion à la Casa Rosada à Buenos Aires le 11 juin 2020.
Photo publiée par la Présidence argentine du Président en conversation avec les dirigeants de Vicentín lors d'une réunion à la Casa Rosada à Buenos Aires le 11 juin 2020. AFP – VICTOR BUGGE

Ainsi, l'intention d'expropriation est passée au second plan pour laisser place à une stratégie d '"intervention mixte" des autorités nationales et locales, qui comporte un changement d'administration et qui n'a pas non plus été bien accueillie par les actionnaires de l'entreprise.

Avec EFE et Reuters