Sport

Mads Pedersen remporte l’étape 13 ; sans conteste la direction de Vingeard

Le Danois a remporté un sprint pur dans les plaines de Saint-Etienne pour remporter la course le 15 juillet. Le Danemark décroche ainsi la troisième victoire de cette édition du Tour de France, rejoignant celles de Magnus Cort Nielsen mardi et de Jonas Vingaard mercredi. Dans la lutte pour diriger le général, il n’y a eu aucun mouvement de Tadej Pogacar dans le groupe des favoris, qui comprenait le Colombien Nairo Quintana.

Ce vendredi 15 juillet se déroulait l’étape 13 du Tour de France, constituée de 193 kilomètres reliant Le Bourg d’Oisans et Saint Etienne. Sur une route plate, c’est le Danois Mads Pedersen qui s’est imposé après avoir mené l’échappée du sextuor qui s’est détaché du peloton principal.

Avec un peu plus de 12 kilomètres à parcourir, Pedersen a lancé une attaque en échappée pour devancer ses concurrents. Seuls le Canadien Hugo Houle et le Britannique Fred Wright ont pu suivre.

L’Italien Filippo Ganna, spécialiste de la vitesse, menait la ligne avant l’avancée du Danois, mais est resté sans réaction pour rejoindre la chasse.

Dans la dernière ligne droite avant d’atteindre la ligne d’arrivée, le pilote Trek a de nouveau sprinté fort, surpassant et accélérant ses rivaux pour assurer une victoire solide et bien méritée.

L’ancien champion du monde a remporté la troisième victoire du Danemark sur le Tour de France, toute cette semaine, après que Magnus Cort Nielsen a mené mardi à Megève et Jonas Vingaard mercredi à El Granon.

Après sa première conquête sur le sol gaulois, Pedersen a célébré avec enthousiasme et a déclaré que c’était « incroyable de l’obtenir enfin ». « Je savais que ma forme était vraiment bonne, mais j’ai raté quelques occasions la première semaine », a-t-il déclaré.

« Il n’y aura pas beaucoup d’occasions pour des coureurs comme moi cette semaine, j’en ai profité aujourd’hui pour avoir une belle récompense pour moi et pour l’équipe », a-t-il ajouté.

Il a également admis que « pendant longtemps », il pensait que c’était « une erreur d’être en fuite ». « Je ne voulais pas aller à l’arrivée avec six coureurs, car ce serait difficile à contrôler. J’ai attaqué et heureusement l’échappée s’est divisée », a-t-il conclu.

Le peloton est arrivé 5,46 minutes plus tard à Saint Etienne, avec Wout van Aert en tête. Le grand bloc de cyclistes n’était pas une occasion propice pour Tadej Pogacar de chercher une attaque qui retrancherait des secondes à Vingaard au tableau général.

La journée s’est déroulée à un rythme soutenu et mesuré de la part des favoris, laissant ainsi la quiétude du maillot jaune à Vingaard, au moins pour une journée de plus. L’homme du Jumbo-Visma devance le Slovène de 2,22.

Comme l’a détaillé le Danois lui-même, l’objectif de ce vendredi était « d’économiser le plus d’énergie possible », justifiant qu’ils n’ont pas poursuivi l’évasion.

Concernant ce qu’il attend samedi, où il y aura une finale explosive à Mende, il a souligné que les conditions ne sont pas adaptées à ses caractéristiques, mais qu’il les affrontera de la meilleure des manières. « Je vais essayer de faire de mon mieux et nous verrons ce qui se passera », a-t-il déclaré.

De son côté, Pogacar a prédit que la fin à Mende sera « explosive ». « Je n’ai jamais gravi cette pente auparavant, mais je l’ai vu en vidéo et ça a l’air très bien. Ça offre des opportunités de faire une étape intéressante », a-t-il assuré. Cependant, il a précisé que peut-être « la bataille n’est pas entre ceux qui cherchent le général ».

Quintana maintient l’objectif du podium

Le cycliste colombien Nairo Quintana faisait à nouveau partie du peloton des favoris et s’est montré solide après n’avoir pas comblé les attentes qui lui étaient tombées dans la mythique Alpe d’Huez.

Le membre d’Arkea a fait remarquer que son rêve de monter sur le podium à Paris reste intact. « Hier, je n’étais pas si fort, mais j’ai su bien me défendre, on est toujours dans la bagarre », a-t-il déclaré.Dans un autre ordre, il a également déploré la perte de son partenaire Warren Barguil à cause du coronavirus.

Lors de l’étape de samedi, le boyacense a déclaré qu’il était « préparé ». « C’est une nouvelle arrivée au top, très puissante. Nous allons bien et avec l’équipe nous sommes motivés pour continuer », a-t-il conclu.

Nairo termine 31e à 5h45 » de Mads Pedersen ; tandis que Daniel Martínez et Rigoberto Urán étaient respectivement 119e et 120e, à un peu plus de 13 minutes d’écart. Au classement général, Quintana reste sixième, Urán est sur la 40e marche (à plus d’une heure et quart de Vingegaard) et Martínez est 53e, à un peu plus d’une heure et 24 minutes.