Economie

Le prix du gaz en Europe chute après que Poutine a déclaré renforcer ses approvisionnements

Le président russe a assuré qu’il pourrait commencer à pomper du gaz vers les entrepôts européens dès que possible, après que plusieurs responsables européens ont demandé à la Russie de limiter l’approvisionnement pour faire pression sur l’Europe avec l’approbation de son gazoduc controversé, le Nord Stream 2.

Le premier souffle sur l’addition. Les prix du gaz en Europe ont chuté jeudi 28 octobre, après que le président russe Vladimir Poutine a ordonné à Gazprom, la principale compagnie de gaz naturel du pays, de pomper davantage d’hydrocarbures vers les entrepôts de l’Union européenne.

« Cela nous permettra de remplir nos engagements contractuels de manière fiable, stable et cohérente et de fournir du gaz à nos partenaires européens en automne et en hiver », a expliqué Poutine, ajoutant que « cela créera une situation favorable, voire pas du tout, une meilleure situation sur le marché de l’énergie. Européen en général ».

Le gazoduc construit en mer Baltique, dont la construction a duré au moins cinq ans et a coûté plus de 11 milliards de dollars, vise à doubler les exportations de gaz vers l’Allemagne en sautant la route ukrainienne, mais son approbation est toujours en attente. Des sources de « Bloomberg » disent que la Russie craint que la hausse des prix ne détruise la demande.

Le prix néerlandais du gaz a baissé de 6,75 euros, pour s'établir à 77,75 euros le mégawatt.

Le prix néerlandais du gaz a baissé de 6,75 euros, pour s’établir à 77,75 euros le mégawatt. ©France24

Les prix du gaz naturel en Europe ont augmenté de près de 500 % en un an en raison de la forte demande en Asie suite à la reprise économique post-pandémique et des faibles réserves de gaz pour l’hiver dans l’Union européenne. Ce bloc de 27 pays dépend de la Russie pour plus de 40 % de ses importations de gaz.

La promesse russe sera tenue jusqu’à ce qu’ils remplissent leurs propres réserves, ce qui pourrait arriver le 8 novembre. La nouvelle a fait chuter le prix du gaz néerlandais de 6,75 euros, pour s’établir à 77,75 euros le mégawatt. Le prix du gaz britannique a également baissé.

Poutine a déclaré que deux maillons du nouveau gazoduc sont remplis de gaz dans le cadre des préparatifs de son exploitation et que l’approvisionnement pourrait même commencer « le lendemain » après que les régulateurs auront donné leur approbation.

Les contrats à terme sur le gaz naturel aux États-Unis ont chuté d’environ 5% en raison de l’augmentation de la production, de la baisse des prévisions de demande et de la baisse des prix mondiaux du gaz après que la Russie a promis plus de carburant à l’Europe pour la saison hivernale.

Avec PA