Une récession mondiale jamais vue depuis des décennies, un chômage à des niveaux historiques, des centaines de milliers d'entreprises en faillite et une augmentation du fossé social ne sont que quelques-unes des conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la planète.

Même les analystes les plus aguerris n'auraient pas anticipé, au début de cette année, que, dans quelques mois, l'économie mondiale allait s'effondrer à cause de la pandémie de coronavirus, officiellement déclarée le 11 mars 2020.

La Banque mondiale estime que Covid-19 a plongé l'économie mondiale dans sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), même si certains osent dire qu'elle est encore plus forte que la Grande Dépression de la décennie de 1930.

Ce sur quoi presque tout le monde est d'accord, c'est que ce sera aussi la crise la plus courte, dont la reprise dépend avant tout de l'évolution de la pandémie dans les mois à venir et des décisions économiques que les pays prendront.

L'activité économique mondiale était déjà, en elle-même, affectée par les guerres commerciales. Sans surprise, le produit intérieur brut mondial a augmenté de 2,3% en 2019, le chiffre le plus bas depuis une décennie, selon les Nations Unies.

Mais qu'est-ce qui a changé en six mois et qu'attend-on pour le prochain?

La crise la plus forte depuis des décennies, mais aussi la plus rapide (que la Chine a réussi à éluder)

Dans le même rapport des Nations Unies, publié en janvier 2020, une croissance économique mondiale modérée de 2,5% était estimée pour cette année. Mais tout a changé avec la pandémie. Désormais, les plus optimistes indiquent une contraction de -4,9%.

France 24
France 24 © France 24

Même les gouvernements des pays aux économies les plus dynamiques sont à la pointe: la zone euro a enregistré une baisse de 14,7% en glissement annuel au deuxième trimestre de l'année et les États-Unis de 31,7%. Seule la Chine a été sauvée de la récession.

Erick Behar-Villegas, professeur d'économie à l'Université internationale des sciences appliquées de Berlin, a expliqué à France 24 qu '«il y a un effet global qui peut être une pression vers une récession, mais chaque pays l'exprime différemment à travers le structure économique dont il dispose. Mais il est clair que les pays les plus informels sont les plus vulnérables ».

L'emploi, première victime de la pandémie

L'un des cas qui représente le mieux ce qui est arrivé à l'emploi pendant la pandémie est celui des États-Unis: en à peine deux mois, son taux de chômage est passé du plus bas depuis un demi-siècle (3,5% en février) à celui le plus élevé. élevé en 90 ans (14,7% en avril).

Selon l'Organisation internationale du travail, l'équivalent de 400 millions d'emplois à temps plein ont été perdus dans le monde au premier semestre. Et pour la seconde moitié, 140 millions supplémentaires pourraient être perdus.

France 24
France 24 © France 24

L’une des conclusions auxquelles est parvenue l’ONU est que, jusqu’à présent, dans la pandémie, les plus touchés ont été les pays en développement, et en particulier les femmes et les jeunes.

«Ceux qui ont le plus perdu avec la crise sont les segments de la population dont les caractéristiques de l’emploi sont déjà désavantagées depuis avant la pandémie, les jeunes, ceux qui travaillent avec des contrats définis, ceux qui ont un niveau d’instruction inférieur, la formation et la formation et ceux qui étaient les moins ou mal payés auparavant », a déclaré l'économiste péruvien Jorge González Izquierdo.

En effet, la pandémie a non seulement révélé les grandes inégalités, en particulier dans les pays les plus pauvres, mais a également exacerbé le fossé social.

Le Programme des Nations Unies pour le développement affirme que quelque 142 millions de personnes, soit près d'un quart de la population de la région d'Amérique latine, risquent de contracter le virus, rien que pour répondre à trois conditions structurelles: le manque d'accès eau potable, utilisation de combustibles nocifs à l'intérieur des maisons et malnutrition.

La débâcle du tourisme: tout dépend des restrictions

Le secteur du tourisme pourrait représenter une baisse comprise entre 1,5% et 4,2% du produit intérieur brut mondial en 2020, selon les estimations de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.

Des pays comme la République dominicaine, l'Équateur, le Mexique, la Colombie et l'Argentine sont parmi les plus touchés d'Amérique latine et l'Espagne parmi les Européens. Les pertes économiques sont calculées selon différents scénarios liés aux temps et aux restrictions imposés.

France 24
France 24 © France 24

«Bientôt, nous devrons parler d'une redéfinition de la structure du marché (touristique), où de nombreux restaurants disparaissent, certains bars disparaissent, mais ensuite, grâce à des investissements, on s'attend à ce qu'ils relancent», explique Erick Behar-Villegas.

Les gagnants de la pandémie

Comme dans toute dynamique économique, dans la pandémie, il n'y a pas que des perdants. Les marchés financiers ont su tirer le meilleur parti de la crise, notamment grâce au rebond des entreprises technologiques.

Selon l'analyste González Izquierdo, la crise a provoqué "l'accélération de trois transformations majeures: l'intelligence artificielle, l'automatisation et la robotisation" et a fait "ces trois phénomènes toucher en masse presque toutes les économies du monde".

Il suffit de regarder les résultats de Wall Street: le Dow Jones Industrialists Index s'est apprécié de 30% au cours des six mois de la pandémie; le Standard & Poor’s 500 en a fait 35% et le Nasdaq des entreprises technologiques a gagné plus de 50%.

Les matières premières ont également fait partie du groupe des gagnants. "L'une des choses importantes qui s'est produite cette année a été la hausse continue de l'or jusqu'au mois dernier, pour des raisons de précaution et également en raison de la dévaluation du dollar", explique Gustavo Neffa, un économiste argentin. Le cuivre et l'aluminium ont également connu de fortes hausses jusqu'à présent cette année.

L'évolution du virus et la découverte d'un vaccin détermineront le comportement de l'économie dans les temps à venir, mais son arrivée est si incertaine que peu osent donner une date exacte pour la reprise post-pandémique.

France 24