La "numéro deux" de Reconquista appelle à voter pour l'alliance de Le Pen plutôt que pour son propre parti

La vice-présidente du parti d'extrême droite Reconquista, Marion Maréchal, a lancé un appel public à voter pour l'alliance du Rassemblement national (AN) de Marine Le Pen et de ses partenaires de droite et indépendants au lieu de son propre parti, arguant que c'est « mettre les intérêts de la France » au-dessus des intérêts partisans.

« Nous avons une immense responsabilité (…) C'est pourquoi nous demandons le soutien, dans toutes les circonscriptions électorales de France, des candidats uniques de la coalition de droite. Nous demandons à tous les Français qui nous ont fait confiance ce dimanche 9 juin de soutenir l'union et non la division », a déclaré Maréchal.

Maréchal a mené la veille des négociations avec le président de l'AN, Jordan Bardella, pour participer ensemble aux élections législatives fin juin. Cependant, la réunion s'est terminée sans accord car le parti dirigé par Le Pen a rejeté tout type de lien avec Éric Zemmour, leader de Reconquista.

Aujourd'hui, Maréchal a publié sur ses réseaux sociaux, avec d'autres membres de son parti, une lettre dans laquelle il reconnaît avoir « tout essayé » pour que Reconquista puisse être représentée dans la coalition tracée par AN et à laquelle s'est joint le leader de Los Republicanos. , Eric Ciotti, contre son propre parti, qui l'a expulsé ce mercredi.

Après l'échec des négociations avec AN, et contre la volonté de Maréchal, Zemmour a présenté un grand nombre de candidats aux élections législatives contre la coalition de Le Pen, « courant ainsi le risque de perdre cet espoir sans précédent de vaincre (le président français) Emmanuel Macron », selon Maréchal. .

Le « numéro deux » de Reconquista a reproché à Zemmour d'avoir commis une « triple faute » en présentant des candidats dans les circonscriptions législatives : « diviser » le spectre de la droite, faciliter la victoire du macronisme et de la gauche, et permettre à Macron de « continuer avec sa politique de destruction » de la France.

« Faisons passer les intérêts de la France avant ceux des partis. Unissons nos forces pour infliger une défaite historique à Emmanuel Macron et empêcher la victoire de la coalition de gauche et d'extrême gauche, qui plongerait la France dans le chaos », ont souligné Meréchal et le reste des députés qui signent la lettre susmentionnée.

Un peu plus tard, Bardella a salué l'appel de Maréchal à voter pour les candidats de la coalition menée par l'Agrupation Nationale. « C'est une déclaration responsable qui va dans le sens d'une dynamique patriotique pour gagner et agir demain », a déclaré Bardella sur ses réseaux sociaux.

A lire également