La France

La Maison Blanche entame le cycle de dialogues internationaux avec l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et le Japon

MADRID, 22 janv. (EUROPA PRESS) –

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a tenu sa première série de pourparlers « introductifs » avec ses homologues de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni et du Japon, comme l’a confirmé vendredi le gouvernement américain.

Sullivan s’est entretenu jeudi dernier, la première journée complète de Joe Biden en tant que président des États-Unis, avec le conseiller français Emmanuel Bonne, le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, le conseiller allemand en politique étrangère Jan Hecker et le chef de la Secrétariat de la sécurité nationale du Japon, Shigeru Kitamura.

Lors de discussions avec ses alliés européens, Sullivan a souligné « l’intention de l’administration Biden de renforcer l’alliance transatlantique et de réaffirmer la volonté de travailler en étroite collaboration avec ses partenaires européens sur une série de priorités communes, y compris celles concernant l’Iran et la Chine. et la Russie », a déclaré la porte-parole du Conseil national de sécurité, Emily Thorne, dans un communiqué.

Sullivan a souligné à son homonyme japonais « l’importance de l’alliance entre les États-Unis et le Japon, ainsi que le désir de l’administration Biden de relever les défis posés par la Chine et la Corée du Nord ».

En revanche, Biden gardera son premier appel avec un président étranger ce vendredi, très probablement à la figure du Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en tant que chef du pays voisin, et dans le cadre de la récente annulation ordonnée par Biden du projet le pipeline Keystone XL, repris par son prédécesseur, Donald Trump; un réseau de transport de pétrole entre le Canada et les États-Unis est sévèrement critiqué pour la menace qu’il représente pour l’environnement.

L’annulation, cependant, a provoqué des tensions avec le Canada, qui possède la troisième plus grande réserve de pétrole au monde et où les combustibles fossiles sont la principale exportation du pays. Il faut se rappeler que le projet, approuvé par les régulateurs canadiens, a été bloqué par l’ancien président des États-Unis Barack Obama en 2015, pour des raisons tant environnementales qu’économiques, car il comprenait que le Canada profitait excessivement de l’accord.

gestioninclusive@gmail.com