La France Insoumise défend l'exclusion de personnalités comme une volonté d'enrichir les listes électorales

Le secrétaire général de La Francia Insumisa (LFI), Manuel Bompard, a défendu ce dimanche l'exclusion de certaines personnalités importantes du parti des élections législatives comme une tentative d'enrichir les listes électorales et a rejeté l'idée qu'il s'agisse d'une « purge », comme l'ont souligné certains de ceux rejetés.

« Pour constituer véritablement un Nouveau Front Populaire », a expliqué Bompard à propos de l'alliance de gauche dont LFI fait partie pour lutter contre l'émergence de l'extrême droite, « notre commission électorale a choisi de proposer des candidats qui ne viennent pas forcément de notre rangs », comme la dirigeante syndicale Céline Verzeletti, de la Confédération générale du travail.

Bompard en profite pour demander que des députés éminents comme Alexis Corbière et Raquel Garrido remplissent « un devoir de cohérence et de loyauté », qui ont protesté samedi dernier contre l'exclusion des listes et accusé le leader du parti, Jean-Luc Mélenchon , pour procéder à une purge interne de ses détracteurs. « Nous sommes à un moment très crucial », a déclaré Bompard sur BFMTV.

Le secrétaire général de LFI en a profité pour applaudir la démission de son adjoint Adrien Quatennens de sa candidature, dont l'inscription sur les listes a provoqué un nouveau front dans la querelle interne de l'alliance, puisque Quatennens est reconnu coupable d'avoir giflé son épouse. « Je célèbre votre sens des responsabilités, et c'est votre décision », a-t-il déclaré.

A lire également