La France

La France annonce la mort d’un haut responsable d’un groupe lié à Al-Qaïda dans un attentat à la bombe au Mali

L’armée française a annoncé jeudi la mort d’un haut responsable de la Katiba Gourma-Serma, un groupe armé intégré au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (JNIM), dans un attentat à la bombe perpétré la semaine dernière au Mali.

Le ministère de l’Armée a indiqué dans un communiqué que le suspect, Naser al Tergui, se trouvait dans un véhicule avec quatre autres membres du JNIM en direction de la ville de Hombori.

« En coopération avec les forces associées, après avoir confirmé une nouvelle fois la présence de Naser al Tergui à bord du véhicule, les militaires de l’opération ‘Barkhane’ ont décidé de lancer une opération pour intercepter le véhicule et les cinq individus », a-t-il déclaré.

Ainsi, il a souligné que « le véhicule a refusé de s’arrêter » et a ajouté que « des bombardements aériens ont été effectués pour l’arrêter ». « Le véhicule a été détruit et les cinq occupants ont été neutralisés », a-t-il souligné.

« Un groupe commando a été transféré par hélicoptère sur la zone du bombardement pour reconnaître et récupérer des matériaux d’intérêt, qui sont en cours d’exploration », a-t-il souligné dans son communiqué, publié via son compte officiel sur le réseau social Twitter.

Le gouvernement français a précisé qu’Al Tergui avait rejoint Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) en 2012 pendant la période d’occupation de la ville de Tombouctou par des milices islamistes.

Il a également souligné qu’il était le « numéro deux » de la Katiba Gourma-Serma du JNIM – dirigée par Abú Hamza al Chingueti – et chef de la Katiba de Gourma, dans laquelle il avait « des responsabilités importantes au niveau opérationnel ».

En revanche, il a souligné que le JNIM mène « des efforts importants » pour tenter de contrôler la région du Gourma, près de la frontière avec le Burkina Faso et le Niger, avant de souligner que l’opération « est un succès supplémentaire » pour la France et son pays. alliés.

« La neutralisation du chef de la Katiba Gourma va réduire les capacités opérationnelles d’un groupe terroriste armé connu pour avoir commis des attaques contre les forces locales et de nombreux exactions contre la population locale », a-t-il ajouté.

Le Mali, comme d’autres pays du Sahel, a enregistré un nombre croissant d’attaques djihadistes ces dernières années tant par la filiale d’Al-Qaïda dans la région que par l’État islamique, ce qui a également accru les violences intercommunautaires et provoqué le déplacement de dizaines de personnes. des milliers de personnes.