Le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, 95 ans, est sous « mandat de protection d'avenir » depuis février, une étape préalable à la tutelle avec laquelle ses filles veulent avoir le pouvoir de décider en leur nom. au cas où votre état de santé continuerait à se détériorer.

Ses trois filles, dont son héritière politique à la tête de l'extrême droite française, Marine Le Pen, avaient présenté cette pétition pour pouvoir représenter les intérêts de leur père, même si dans cette phase préliminaire l'intéressé continue de conserver tous ses droits. , comme l'a confirmé l'avocat, François Wagner, à RMC.

Le maire de Perpignan et vice-président du Groupe national, Louis Aliot, a reconnu sur cette même chaîne qu'il s'agit d' »un homme qui a son âge, qui est fatigué ». Ce sont ses filles qui désormais « participent à la gestion de ses affaires », même s'il reste à voir comment ce nouveau statut affectera les affaires judiciaires en cours.

Jean-Marie Le Pen et d'autres anciens hauts responsables du parti, dont Marine Le Pen, attendent leur procès pour détournement présumé de fonds européens. Les audiences débuteront fin septembre et dureront près de deux mois, selon le calendrier préliminaire du tribunal de Paris qui sera en charge de ladite procédure.

Son avocat a soutenu que la protection préliminaire initiée par sa famille n'a pas pour but d'empêcher le patriarche de s'asseoir sur le banc des accusés, même s'il a confirmé que cette possibilité était en attente de ce que les experts établiraient dans les prochains mois. Un juge doit déterminer en juillet si Le Pen peut être tenu responsable devant le tribunal.

A lire également