Culture

Gregory Porter, un réveil des esprits au rythme du jazz

Au sixième jour du Montreux Jazz Festival, l’Auditorium Stravinsky a vécu une soirée où le jazz était roi. Melody Gardot est apparue dans la première partie et Gregory Porter était chargé de clôturer une nuit au cours de laquelle la musique guérissait l’âme.

Les lumières se sont éteintes et les panneaux du Montreux Jazz Festival se sont allumés, tout était calme. Dans les coulisses, des sons de percussion ont commencé à se faire entendre approcher. Petit à petit, ils sont devenus plus présents. Puis trois musiciens sont apparus sur scène avec des birimbaos et des tambours.

Puis elle est apparue avec ses cheveux blonds aux larges ondulations élégantes comme une star hollywoodienne des années 50 ; pantalon, veste courte et top, le tout en noir et talons hauts. Et bien sûr, les lunettes noires qui la caractérisent, celles qui protègent ses yeux très sensibles à la lumière après cet accident de vélo quand elle avait 19 ans et qui l’a clouée au lit.

Melody Gardot a débuté son set avec un classique brésilien : ‘Berimbau’. Elle est accompagnée au piano par Philippe Powell, fils de Baden Powell, compositeur de cette chanson aux paroles de Vinicius de Moraes. Les deux voix se combinent dans la cadence de cette mélodie universellement connue.

L’amour de la parole chantée

Gardot et Powell ont sorti un album cette année intitulé « Entre eux deux ». C’est un travail accompli pendant la pandémie.

« Un album enregistré en deux jours et écrit en deux semaines », lance Gardot en souriant dans un français parfait.


Melody Gardot a interprété des chansons de ses deux derniers albums lors de la sixième nuit du Montreux Jazz Festival en Suisse.
Melody Gardot a interprété des chansons de ses deux derniers albums lors de la sixième nuit du Montreux Jazz Festival en Suisse. Lionel Flusin – Lionel Flusin

Pour la première fois depuis longtemps, il y a des chaises dans l’auditorium Stravinsky et une partie du public peut être assise. Tant mieux, puisque Gardot emmenait le public dans l’intimité d’un club de jazz avec les premiers couplets de C’est Magnifique, thème de son album Sunset in the Blue (2021). « Oh quel beau rêve / Oh quelle belle scène / c’est magnifique », dit-il au début.

C’est ainsi qu’il entraîne le public dans des moments oniriques où le temps semble s’écouler lentement. Melody Gardot a du magnétisme et n’a pas besoin de gadgets pour attirer l’attention. Il semble à peine bouger ses lèvres pour que sa voix profonde et enveloppante sorte avec ce vibrato indubitable à la fin des phrases, cette même voix qu’il a perdue après l’accident et qu’il a récupérée sous forme de chanson dans sa longue convalescence il y a 18 ans.

Quand Melody Gardot chante, elle semble caresser chaque mot, l’habiller avec intention, comme pour remercier la musique de lui avoir ouvert la voie pour retrouver la parole. Il l’a fait en interprétant « This Foolish Heart », une chanson qu’il a composée avec Powell, elle au chant, lui au piano.

Avec Gregory Porter, Harlem envahit Montreux

Le club de jazz que Gardot a lancé a agrandi ses magasins avec Gregory Porter. Le natif de Bakersfield, en Californie, toujours élégant, avec un nœud papillon et une veste de smoking, un pantalon et des chaussures blancs et un chapeau, a chamboulé l’atmosphère avec un ‘On My Way to Harlem’ énergique de son album ‘Be Good’ (2012) .

Il ne lui a pas fallu longtemps pour démontrer le haut baryton qu’il est avec sa chanson ‘Love Is Overrated’ incluse sur l’EP ‘Romance’ (2021). Mais contrairement à l’enregistrement original, Porter a incorporé un son plus gospel dans son concert grâce à un orgue Hammond B-3 joué par le magnifique Ondrej Pivec.

Dans ce thème qui parle d’amour, d’illusion et de ne jamais vouloir se réveiller de la fausse réalité, la voix de Porter est une caresse à la tristesse. Le plus grand don de Porter, outre sa voix profonde et puissante, est d’être un véritable interprète, de donner à chaque mot son sens et sa forme. Ou de donner un sens différent aux chansons qu’il compose.

Un exemple clair est Water Under Bridges (2013). Gregory Porter a écrit cette chanson après une rupture amoureuse. Cela commence par le couplet « quelqu’un m’a dit de m’en remettre », c’est son frère qui lui dit de surmonter ce chagrin. Porter explique au public qu’il n’avait jamais pensé à son frère auparavant en interprétant cette chanson, mais qu’aujourd’hui il entend sa voix dans ces paroles, comme s’il lui demandait de se remettre de sa mort après la pandémie. « Il est toujours là en quelque sorte », explique-t-elle.


Gregory Porter et son groupe ont transporté le public à Harlem avec leurs sonorités jazz, soul et gospel.
Gregory Porter et son groupe ont transporté le public à Harlem avec leurs sonorités jazz, soul et gospel. © Émilien Itim

La voix de Porter se déploie avec des ballades jazz mais aussi avec des mélodies entraînantes comme celle de ‘Liquid Spirit’, de l’album éponyme (2013). Porter semblait prêcher au Stravinsky converti en église lors d’un service dominical. La force de sa voix transmet le message « d’esprit d’amour, de bonne musique, de paix, de liberté », comme il l’a dit au public déjà dévoué qui a applaudi comme pour dire amen et des cris de joie.

Porter et son quintette ont amené Harlem au Stravinsky, parfois transformé en église et d’autres en St Nick’s Pub, un club de jazz dans ce quartier de New York où Porter a commencé avec son inséparable pianiste Chip Crawford. Chacun des musiciens a un rôle prépondérant tout au long de ce spectacle et nul doute que c’est un bonheur pour eux, comme en témoignent Jahmal Nichols à la basse, Emanuel Harrold à la batterie ou le grand Tivon Pennicott au saxophone.

Porter et son groupe ont dit au revoir avec « Mister Holland » (2020), un thème qui parle de discrimination raciale, en particulier celle qu’il a vécue enfant avec sa mère et ses sept frères et sœurs en Californie. Les applaudissements se sont poursuivis et ils sont revenus pour le rappel avec ce qui pourrait bien être l’un de leurs classiques, « No Love Dying » (2013).

Au final, les palmes ne se sont pas arrêtées devant un Porter toujours triomphant dans ce festival, qui a dit au revoir en jetant des bisous et avec sa main sur son cœur. « La musique est l’expression humaine d’un amour irrépressible », a-t-il déclaré, et ce soir, Gregory Porter a remis ce gage d’amour à Montreux.