Sport

Yves Lampaert remporte une première étape pluvieuse du Tour de France

Lors du contre-la-montre organisé à Copenhague qui a ouvert la compétition la plus importante du cyclisme mondial, le Belge a surpris les favoris et a terminé premier devant son compatriote Wout van Aert dans une épreuve exigeante conditionnée par de fortes pluies qui ont ajouté de la difficulté. « Je n’arrive pas à croire ce que j’ai fait », a déclaré Lampaert. Tadej Pogacar, qui cherche à remporter l’épreuve pour la troisième fois, a complété le podium et a été le meilleur des prétendants au maillot jaune.

La 109e édition du Tour de France a commencé, l’événement cycliste le plus important de l’année, et déjà le jour de son ouverture, il a créé une surprise. Dans l’étape du contre-la-montre disputée à Copenhague et avec des conditions météorologiques qui ont ajouté des extras, Le Belge Yves Lampaert (de Quick-Step Alpha Vinyl) a remporté la première étape de 13,2 kilomètres.

Lampaert, spécialiste du contre-la-montre, a remporté sa 15e victoire en tant que professionnel après avoir bouclé un temps de 15’17 »76, près de cinq secondes devant son compatriote Wout van Aert qui s’annonçait comme le vainqueur du jour.

« Je n’arrive pas à croire ce que j’ai fait », a déclaré Lampaert avec incrédulité après sa victoire. « Je savais qu’il était en bon état, mais c’est le Tour de France. Il y a de super coureurs sur le parcours, je m’attendais à un top 10 », a-t-il ajouté.

A 31 ans, le coureur belge, qui atteignait par moments la vitesse de 64,6 kilomètres à l’heure, a débuté le traditionnel maillot jaune très excité.

En plus de Van Aert, Lampaert a battu les temps des cyclistes de poids. Il a pris sept secondes au Slovène Tadej Pogacar – prétendant maximum au titre de vainqueur du Tour – et dix secondes à l’Italien Filippo Ganna -double champion du monde et grand favori de cette première étape-.

Un facteur différentiel inévitable était dans le climat. Alors que la pluie a conditionné plusieurs des favoris, Lampaert a su profiter d’un des rares moments où l’eau s’est calmée et a exploité sa puissance dans une spécialité qui lui va bien.

Le circuit de cette première étape n’a pas connu de difficultés majeures. Il était supposé agile car complètement plat et au-delà des 22 virages qui empêchaient les concurrents de maintenir le même rythme.

Pour sa part, Van Aert a été le protagoniste de l’un des moments les plus marquants de la course. Dans une séquence frénétique de trois minutes, le membre de Jumbo-Visma a battu la marque de Ganna, qui quelques instants auparavant avait battu le record du Néerlandais Mathieu van der Poel, et l’a emporté de deux secondes sur Pogacar.

Demain sera la deuxième étape et elle se déroulera également au Danemark. La section débutera à Roskilde et se terminera à Nyborg, traçant un parcours de 202,2 kilomètres et aura aussi son facteur climatique : le vent, notamment dans les 18 km qui passeront au-dessus de la mer Baltique, vers la fin.

Pogacar devance les autres candidats

Au-delà de la victoire de Lampaert et de la deuxième place de Van Aert, le Slovène Tadej Pogacar fait partie des vainqueurs du jour. Bien qu’il ait terminé le contre-la-montre à la troisième place, le cycliste de 23 ans était le meilleur des candidats pour remporter le tableau général du Tour de France.

Le leader de l’UAE Team Emirates n’était qu’à deux secondes de battre le temps de Van Aert et de mener temporairement la course. Cependant, il a terminé troisième, sept derrière Lampaert.

Pourtant, aucun des deux meilleurs de ce vendredi ne s’annonce comme un prétendant à la course au maillot jaune qui sera remis au vainqueur. Dans ce cadre, Pogacar était en avance sur les autres.

Le plus proche est le Danois Jonas Vingaard (7e), qu’il devance de 8 secondes, une de moins que son compatriote Primoz Roglic (8e). En dehors du top dix se trouvaient les Britanniques Adam Yates (13e) et Geraint Thomas (18e).

La pluie a joué son rôle à Copenhague

Les conditions météorologiques ont été un facteur pertinent dans cette première étape du Tour de France 2022. Intenses parfois, inexistantes à d’autres, elles ont poussé les cyclistes à mesurer leur puissance pour éviter les accidents.

Par exemple, Laempert a profité de quelques minutes où aucune eau n’est tombée et il a pu exploiter sa puissance, ce que d’autres comme Thomas, Pogacar et Ganna n’ont pas pu faire.

Les dangers de la piste mouillée ont directement touché certains coureurs qui sont tombés sur le tarmac et ont perdu un temps précieux.



Surtout, le Suisse Stefan Bissegger, qui avait de sérieuses attentes pour le contre-la-montre et a fini par tomber deux fois. Le Français Christophe Laporte a également chuté à un moment où il avait signé le meilleur temps au point intermédiaire. En fin de journée, le Danois Mikkel Honoré est entré en collision avec l’un des grillages dans une courbe après avoir perdu sa stabilité.

Daniel Martínez, le meilleur des Latino-Américains

Cette édition du Tour de France a la présence de trois Colombiens, étant les seuls exposants de la région. Daniel Martínez a terminé l’une des performances les plus remarquables des Sud-Américains.

A la 33e place, à 44 secondes de Lampaert, le cycliste Ineos était celui qui occupait la meilleure place. Sur une piste mouillée, Martínez a mis en avant la maniabilité qu’il avait dans les courbes pour éviter les chutes. « Les sensations sont bonnes. On attend la montagne, pour voir comment ça se passe », a-t-il déclaré après sa participation.

De son côté, Nairo Quintana, deuxième du Tour 2013 et 2015 et troisième en 2016, était satisfait après sa course (il a terminé 44e, +49 secondes). « Nous avons su très bien tirer, en prenant des précautions à cause de la pluie. C’était un test très intense, pour les spécialistes », a-t-il déclaré.

Enfin, Rigoberto Urán a terminé une minute et 14 secondes sous Lampaert, tombant à la 119e place.