Economie

Vaccins contre le Covid-19 : bilan des résultats financiers des grands laboratoires pharmaceutiques

Moderna, Pfizer et Johnson & Johnson ont dévoilé leur bilan au premier trimestre 2022 et leurs perspectives pour le reste de l’année. Une éventuelle nouvelle dose de rappel et ce qui adviendra du mécanisme COVAX seront, entre autres, décisifs pour les finances des grands fabricants de vaccins.

Bien que plusieurs pays aient assoupli les restrictions en cas de pandémie, alors même que les cas de Covid-19 augmentent, les ventes de vaccins et de traitements continuent de battre leur plein.

Les développeurs américains ont vu leurs revenus monter en flèche au premier trimestre 2022 alors qu’ils cherchaient à savoir si leurs inoculants ou médicaments devaient continuer à s’adapter aux nouvelles variantes de virus.

Moderna a fait plus que tripler ses revenus par rapport au premier trimestre 2021 et Pfizer s’apprêtait à les doubler, tandis que ceux de Johnson & Johnson n’ont progressé que de 5 %, alors que le résultat correspond à l’ensemble de son activité, dont la division pharmaceutique représente un peu moins de la moitié. .

En termes de bénéfices, Moderna a doublé et Pfizer a augmenté de plus de 60 % pour atteindre 7,8 milliards de dollars.. Johnson & Johnson, en tant que groupe d’activités, a réduit son bénéfice de 17 %.


Revenus des principaux développeurs de vaccins
Revenus des principaux développeurs de vaccins ©France 24

Moderna prévoit des ventes de vaccins plus élevées pour le second semestre qu’au cours des six premiers mois, car elle s’attend à ce que le virus qui provoque le Covid-19 suive un schéma saisonnier qui nécessite des injections de rappel à l’automne.

Le président de la société, Stephen Hoge, s’attend à ce que des rappels annuels soient nécessaires pour les personnes à haut risque de maladie grave, qu’il estime à environ 1,7 milliard dans le monde.

En ce sens, Moderna prévoit 21 milliards de dollars de ventes de vaccins contre le Covid-19 en 2022, mais prévient que le chiffre pourrait être inférieur si le programme international COVAX ne confirme pas une bonne demande d’injections pour les pays à faible revenu.


Gains des principaux développeurs de vaccins.
Gains des principaux développeurs de vaccins. ©France 24

Pfizer, quant à lui, s’en tient à ses prévisions de ventes de 32 milliards de dollars pour 2022 après les avoir augmentées chaque trimestre l’année dernière, signe que la croissance fulgurante des ventes a ralenti.

Johnson & Johnson n’est pas si optimiste. À la mi-avril, il a renoncé à sa prévision de 3,5 milliards de dollars de ventes de son vaccin contre le coronavirus cette année après avoir reconnu qu’il avait un stock excédentaire.

L’utilisation de son injection a été faible dans les pays à revenu élevé, au milieu des inquiétudes quant à son efficacité. Le vaccin de J&J ne représente que 3 % de toutes les doses administrées aux États-Unis et 2 % en Europe.

En raison de la faiblesse de la demande en Europe et aux États-Unis, une grande partie de l’approvisionnement de l’entreprise a été expédiée vers des pays à faible revenu. Parce qu’il s’agit d’un vaccin à injection unique qui peut être réfrigéré pendant des mois, beaucoup s’attendaient à ce que son adoption soit plus élevée, mais ses dirigeants ont reconnu que la demande diminuait.

avec Reuters