Ecologie

un nouveau projet plus souple déclenche l’alarme des écologistes

Ce vendredi 12 novembre, un document préliminaire a suscité différentes réactions de la part des analystes et des référents environnementaux après que des progrès ont été constatés dans le secteur du financement et de la réduction des émissions, mais un assouplissement sur les termes de la fin des hydrocarbures et des énergies fossiles, qui marque un recul dans les conversations .

Le sommet international pour définir les étapes à suivre dans la lutte contre la crise climatique, la COP26, est dans ses dernières heures, date à laquelle les derniers détails des nouveaux pactes et orientations sont définis. En ce sens, ce vendredi, un nouveau projet d’accord a été publié, ce qui a suscité des avis contradictoires.

Du côté positif, il y a eu des avancées concrètes en termes d’exigences de réduction des émissions de carbone et de financement des pays pauvres pour qu’ils développent ces politiques. Cependant, les écologistes ont exprimé leur inquiétude quant à la souplesse des termes du nouveau document sur la fin de l’utilisation des hydrocarbures.

Comme l’a souligné le groupe de réflexion E3G, dans ce récent accord, il y a des ambitions concrètes de réduction des émissions et d’équilibre entre les mesures d’atténuation pour réduire les émissions de CO2 et l’adaptation afin que les États en développement puissent effectuer les changements nécessaires.

Détaillant l’atténuation, le nouveau projet exhorte les gouvernements à « revoir et renforcer » leurs objectifs de réduction des émissions d’ici 2030 pour la COP27 et, pour ceux qui n’ont pas présenté leurs stratégies, à le faire d’ici 2022 avec l’objectif d’atteindre la neutralité d’ici 2050.

Aussi, le texte indique que l’Organisation des Nations Unies sera chargée de vérifier annuellement les plans afin qu’ils soient exécutés. De son côté, le texte entretient « une grande déception » car les pays riches n’ont pas tenu l’engagement pris en 2009 de contribuer 100 000 millions d’ici 2020.

Ed King, un analyste environnemental, a déclaré que cet accord préliminaire est « significativement plus équilibré » que celui publié mercredi et contient des suppléments plus fermes sur l’adaptation et le financement, qui soutiennent les pays les plus pauvres.

Pendant ce temps, un plan de dommages et de pertes est également envisagé pour subventionner les pays défavorisés par les catastrophes naturelles et les aider à se relever sans aggraver leurs difficultés économiques.

Le relâchement des termes hydrocarbonés, au centre de la scène

L’aspect controversé des nouveaux documents est lié aux combustibles fossiles et au changement de langage par rapport à ce qui avait été convenu il y a quelques jours, où il chargeait les États « d’accélérer la fin du carbone et des subventions aux combustibles fossiles ».

Cependant, le projet n’appelle désormais qu’à accélérer l’élimination progressive du charbon sans systèmes de capture du carbone et sans subventions inefficaces aux combustibles fossiles.

En dialogue avec l’agence EFE, le co-porte-parole du parti écologiste espagnol Les Verts EQUO et membre de la délégation des Verts du Monde, Florent Marcellesi, a déclaré que cette flexibilité est destinée à établir l’existence de bons combustibles fossiles.

« C’est une erreur, les meilleurs combustibles fossiles sont ceux qui restent sous terre », a-t-il déclaré. De leur côté, d’autres référents écologistes ont vu le verre à moitié plein sur le fait qu’au moins, le problème était rendu visible et ils entendent le renforcer avant la fin de la COP26.

Un pipeline rompu à partir d'une plate-forme pétrolière dans le sud de la Californie a laissé des poissons et des oiseaux morts éparpillés sur le sable et des zones humides au large obstruées par le pétrole.

Un pipeline rompu à partir d’une plate-forme pétrolière dans le sud de la Californie a laissé des poissons et des oiseaux morts éparpillés sur le sable et des zones humides au large obstruées par le pétrole. © CHRISTIAN MONTERROSA / EFE

Cependant, ils voient l’influence des pays producteurs de pétrole, tels que l’Arabie saoudite et l’Australie, dans ces articles modifiés et craignent que les progrès vers l’atteinte de la limite de 1,5 degré, objectif principal de l’Accord de Paris, ne soient compromis.

L’envoyé spécial des États-Unis pour la crise climatique, John Kerry, a été franc sur cette question et a exprimé la nécessité d’éliminer les subventions aux combustibles fossiles afin d’atteindre les objectifs climatiques. Il a qualifié de « folie » d’investir de l’argent dans ce domaine. Malgré cela, il était favorable à un langage plus équilibré sur la fin des hydrocarbures.