La France

Total retire une partie de son personnel de son projet dans le nord du Mozambique en raison des attentats

MADRID, 1er janvier (EUROPA PRESS) –

La compagnie pétrolière française Total a procédé au retrait d’une partie de son personnel de son projet de gaz naturel liquéfié dans le nord du Mozambique face aux attaques croissantes de miliciens islamistes dans la zone, de plus en plus près du site de leurs activités.

Cette semaine, les miliciens, prétendument membres de l’État islamique en Afrique centrale (ISCA), ont attaqué une ville située à 5 kilomètres des travaux de la compagnie pétrolière de Cabo Delgado, d’une valeur de 20000 millions de dollars, bien que jusqu’à présent le Les installations, fortement gardées, n’ont pas été la cible d’attaques.

Total « a temporairement réduit ses effectifs sur le site en réponse à l’environnement qui prévaut », a déclaré la société à l’agence de presse Bloomberg, précisant que la situation est constamment réexaminée.

De plus, il a précisé que la pandémie de coronavirus a également influencé sa décision de réduire ses effectifs. Le projet de gaz naturel liquéfié, qui devrait débuter la production en 2024, a été le théâtre des premiers cas de coronavirus en avril dernier, obligeant les travaux à être suspendus jusqu’en juin. En outre, un média local a récemment signalé une nouvelle épidémie sur le site.

Depuis octobre 2017, la province de Cabo Delgado est le théâtre d’attaques de miliciens islamistes populairement connus sous le nom d’Al Shabaab, sans être liés au groupe du même nom qui opère en Somalie, et qui depuis mi-2019 revendiqué principalement par l’ISCA.

L’affilié de l’État islamique a intensifié ses actions depuis mars dernier et depuis août, il contrôle la ville portuaire de Mocimboa da Praia. La violence a provoqué une crise humanitaire, avec plus de 500 000 personnes déplacées dans cette province et ses environs.

gestioninclusive@gmail.com