Sport

Sepp Kuss franchit une étape de montagne spectaculaire ; Rigoberto Urán deuxième au général

La quinzième étape des Pyrénées offrait un spectacle en trois dimensions : la victoire d’étape, le général et le maillot montagnard. L’Américain Sepp Kuss (Jumbo Visma) s’est imposé en solitaire à Andorre la Vieja devant Alejandro Valverde (Movistar). Wout Poels porte la chemise de montagne. Le Colombien Rigoberto Urán a repris la deuxième place du classement général derrière Tadej Pogacar. L’Equatorien Richard Carapaz a terminé quatrième.

Dans les années 70, l’expression « football total » est apparue pour décrire le style de jeu des équipes entraînées par le Néerlandais Rinus Michel (Ajax Amsterdam, FC Barcelone et équipe des Pays-Bas) dans laquelle tous les joueurs participaient à l’attaque. Le Tour 2021 pourrait être classé comme « total cyclisme » puisque dans chaque fraction les coureurs font preuve d’un cyclisme offensif. L’étape d’aujourd’hui qui a porté le peloton à plus de 2 400 mètres d’altitude en était une nouvelle illustration. Dans ce style, le Jumbo Visma, bien qu’ayant perdu son leader Primoz Roglic dans l’étape 9, confirme être l’une des équipes les plus fortes du peloton.

21% de l’effectif en fuite

Comme prévu, de nombreux coureurs se sont enfuis pour chercher une victoire prestigieuse ou accumuler des points pour le classement de la montagne. Ou pour les deux. Ainsi durant les 30 premiers kilomètres de nombreux coureurs ont quitté le peloton seuls ou en petits groupes.

Et aujourd’hui les portes étaient grandes ouvertes pour les aventuriers. 32 coureurs ont constitué la plus grosse échappée de ce Tour, ce qui signifie que 21% des 149 coureurs étaient en fuite. Ils représentaient 20 des 23 équipes présentes dans la course. UAE Team Emirates, Alpecin Fenix ​​​​et Intermarché Wanty Gobert étaient les seuls sans coureurs devant. Parmi les aventuriers du jour, de grandes figures du peloton se sont fait remarquer comme le champion du monde Julian Alaphilippe (Deceuninck Quick Step), le doyen Alejandro Valverde et ses 41 ans (Movistar), ou encore le phénomène belge Wout van Aert (Jumbo Visma) avec ses coéquipiers Sepp Kuss et Steven Kruijswijk. Egalement en tête se trouvaient les candidats au maillot de Roi de la Montagne tels que Michael Woods (Israel Start-up Nation), Wout Poels (Bahrain Victorious) et le Colombien Nairo Quintana (Arkea Samsic).

Aucun coureur ne menaçait le top 10 du général puisque le mieux placé des échappés était le Français Aurélien Paret-Peintre (13e à 24’44). Si vite ce groupe a pris un avantage de plus de 9 minutes sur le peloton.

Quintana a perdu la bataille de la montagne

La première bataille de la journée était pour les prix de la montagne et le maillot rouge à pois. Dans les deux premiers ports, la Montée de Mont-Louis et le Col de Puymorens, tous deux de second ordre, la dispute opposa Wout Poels, Michael Woods et Wout Van Aert. Poels passe d’abord sur la Montée de Mont-Louis et Van Aert sur le Col de Puymorens. Nairo Quintana n’a pas pu lutter contre la vitesse et la puissance de ces coureurs sur ces cols pas si raides. Mais à l’arrêt suivant, Port d’Envalira, qui se terminait à 2 408 mètres, personne n’a pu suivre Nairo Quintana. Une hauteur naturelle pour le Colombien né dans la ville centrale de Tunja à 2 801 mètres d’altitude. Il attaque à un kilomètre du sommet et dépasse les 15 premières secondes d’écart sur Wout Van Aert et Wout Poels.

Kuss était le plus fort pour remporter l’étape

Un groupe de 16 coureurs a rattrapé Nairo Quintana dans la longue descente vers Encamp et le départ de la dernière difficulté du jour, le Col de Beixalis (première catégorie. 6,4 km à 8,5%). Dans les premiers mètres de cette montée, Nairo Quintana a lancé une autre attaque qui a réduit le groupe à environ six coureurs. Mais lorsque l’Américain Sepp Kuss (Jumbo Visma) a attaqué à 20 kilomètres de l’arrivée, ses rivaux n’ont pas pu suivre. Alejandro Valverde est sorti avec Kuss sur quelques mètres, mais a dû le laisser partir seul. L’Américain a franchi le Col de Beixalis avec 20 secondes d’avance sur les Espagnols et a su maintenir cet écart jusqu’à l’arrivée à Andorre la Vieja. C’est la deuxième victoire d’étape du Jumbo Visma sur ce Tour après la victoire de Wout van Aert au Ventoux.

Nairo Quintana, sixième à l’arrivée, n’a pas pu rivaliser avec Wout Poels, qui a terminé troisième de l’étape, accumulant à nouveau des points pour devenir le nouveau roi de la montagne. Le Néerlandais de Bahreïn Victorious est en tête du classement de la montagne avec 74 points, suivi de Woods (66 points), Quintana et Van Aert (tous deux avec 64 points).

Les Ineos de Carapaz à l’offensive

Les premiers mouvements tactiques de la lutte pour le classement général ont commencé dans la montée de Mont-Louis lorsque les équipes Movistar d’Enric Mas (neuvième au général), et surtout Ineos Grenadiers de Richard Carapaz (cinquième), ont commencé à augmenter le rythme dans la tête. du peloton. Cette accélération s’est poursuivie jusqu’à ce que Port d’Envalira isole Tadej Pocagar et réduise le peloton au groupe des favoris. Ils ont divisé en deux la différence avec l’échappée qui au sommet de Port d’Envalira était de 5’26.

Tous les rivaux de Pogacar ont tenté de l’attaquer

Ineos avait également deux hommes en fuite : Jonathan Castroviejo et Dylan Van Baarle, qui attendaient Richard Carapaz pour continuer à imposer leur rythme dans la dernière montée, le col de Beixalis. Tout indiquait que l’Equatorien préparait une attaque. Le seul blessé était Guillaume Martin, le coureur français de Cofidis qui s’était hissé à la deuxième place hier, il perd aujourd’hui près de 4 minutes sur ses rivaux. Cette promotion était une bataille de tous contre Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) et de tous contre tous pour le podium. Richard Carapaz a été le premier à lancer l’attaque avec une attaque puissante.

Puis Ben O’connor (AG2R Citröen), vainqueur de Tignes et sixième au général, attaque. Puis Jonas Vingegaard (quatrième au général) a attaqué, encore et encore. Jusqu’à ce que finalement Rigoberto Urán attaque. Mais Tadej Pogacar n’a jamais décroché et a toujours calmement comblé les écarts. Le leader a montré sa capacité à défendre sa position et sa fierté en passant devant tous ses rivaux qui continuent de se battre pour le podium.

Urán et Carapaz continuent la lutte pour le podium

A l’exception de Martin, les huit premiers coureurs du classement général sont arrivés ensemble en Andorre 4’51 après Kuss. Au général le seul changement est que Guillaume Martin tombe à la neuvième place. Ainsi, Rigoberto Urán revient à la deuxième place à 5’18 derrière Tadej Pogacar, suivi de Jonas Vingegaard à 5’33 et Richard Carapaz à 5’34. Ils sont suivis par Ben O’Connor à 5’58, Wilco Kelderman à 6’16 ​​(Bora Hansgrohe), Alexey Lutsenko à 7’01 (Astana Primer Tech) et Enric Más à 7’11 (Movistar).

Après cette bataille épique, les coureurs profiteront de la deuxième journée de repos demain. Avant de reprendre la course mardi pour la troisième et dernière semaine avec l’étape 16 entre Pas de la Case et Saint-Gaudens. Un parcours accidenté de 169 km avec quatre prix de montagne avec le Col de la Core comme principale difficulté de la journée (13,1 kilomètres de dénivelé positif à 6,6 % (première catégorie).

Notre guide avec profils, étapes et itinéraires pour le TDF 2021.
Notre guide avec profils, étapes et itinéraires pour le TDF 2021. ©France24

gestioninclusive@gmail.com