Première modification:

Les Boliviens n'assistent toujours pas physiquement aux spectacles culturels en raison des interdictions imposées par la pandémie de coronavirus, mais cela n'a pas empêché beaucoup d'entre eux de profiter de la diffusion en ligne de concerts, récitals et pièces de théâtre.

Le Théâtre Nuna de La Paz est l'une des scènes qui a relevé le défi de transmettre au mieux les expériences culturelles en adaptant son espace physique, en supprimant les sièges et en investissant dans la formation de son personnel pour avoir une offre de streaming.

Après plusieurs mois sans jouer, le groupe du violoniste Gustavo Orihuela a inauguré les émissions en ligne de Nuna.

Le groupe du Quatuor Gustavo Orihuela est composé de Diego Ballón, au piano; Randolph Ríos, à la contrebasse, et Luis Daniel Iturralde, à la batterie.

"Nous sommes super heureux de revenir sur une étape, même si ce n'est pas avec un contact direct avec les gens, même si cette nouvelle modalité virtuelle nous permet de nous propager un peu plus, nous pouvons atteindre plusieurs pays et plusieurs villes", a déclaré Orihuela.

Selon le musicien, bien sûr, le groupe manque le contact, l'interaction avec les gens et les présentations en direct et en direct pour satisfaire les demandes de chansons, mais leurs spectacles montrent "toute l'énergie et l'affection" pour atteindre leurs fans.

Iturralde, qui possède également le Nuna, a déclaré que le pari du théâtre était de simuler ce que c'était que d'aller au théâtre avant la pandémie pour découvrir les pièces au présent.

"C'est quelque chose qui nous permet de voir la capacité de l'artiste à improviser parce que souvent, les spectacles que vous voyez au théâtre sont différents à chaque fois, les œuvres sont différentes et ont cette touche organique et nous voulons juste nous rapprocher au plus près de cette expérience", a déclaré Iturralde .

La journaliste culturelle Isabel Navia est fan du groupe. Elle regrette d'avoir perdu la proximité avec les artistes mais souligne que la présentation en streaming a été "bien faite" et considère qu'il y a eu compensation avec les moyens techniques montrés.

Le gouvernement bolivien a déclaré en septembre la fin de la quarantaine pour permettre de nombreuses activités économiques, mais en raison du risque de virus, les présentations culturelles et autres divertissements susceptibles de provoquer des foules sont toujours interdits.

+ Voir la série 'Culture en danger' ici: