Macron remercie les alliés à l'occasion du 80e anniversaire du Débarquement de Normandie : "Aucun Français ne l'oubliera"

Le président français Emmanuel Macron a remercié les alliés au début des hommages qui ont lieu ce jeudi dans le pays à l'occasion du 80e anniversaire du débarquement de Normandie, une date historique qui a marqué un avant et un après dans la lutte contre le Occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Aucun Français ne l'oubliera », a proclamé Macron lors d'une première cérémonie dans la ville de Ver-sur-Mer, où se trouve le monument aux plus de 22 000 membres des forces britanniques tombés lors des combats du « Jour J ». .

« Les soldats britanniques sont nos frères d'armes, et aujourd'hui nous nous souviendrons d'eux. Personne en France ne peut oublier votre sacrifice, (…) celui de troupes guidées par un sens du devoir et un dévouement incalculable », a-t-il soutenu.

« Votre présence est extrêmement importante pour nous », a déclaré le président français, qui a ainsi rendu hommage aux soldats et vétérans de l'armée britannique, hommage auquel ont participé le roi Charles III, la reine Camilla et le prince William. ainsi que le Premier ministre Rishi Sunak.

« Pour la liberté. Ma gratitude éternelle envers nos alliés », a déclaré Macron, qui rencontrera vingt dirigeants lors d'une cérémonie commune prévue cet après-midi à Omaha Beach, à Saint-Laurent-sur-Mer, un événement auquel la Russie ne sera pas présente. présent, mais le président ukrainien, Volodimir Zelenski, qui a déjà débarqué dans la ville de Caen, sera présent.

Macron a par ailleurs remis la Légion d'honneur à onze anciens combattants américains, distinction qu'il a accompagnée de paroles d'éloge pour leur « héroïsme ». « À l'été 1944, vous aviez à peine 20 ans, certains plus jeunes. Vous aviez de la famille, des amis, une femme, des rêves, des projets… Un avenir. Et vous avez tout quitté pour lutter pour votre indépendance et votre liberté », a-t-il souligné.

Le président a souligné la « grandeur » de ceux qui « sont prêts à mourir dans un pays qui n'est pas le leur ». « Ici, vous êtes chez vous », a-t-il noté en s'adressant directement aux anciens combattants.

UNITÉ CONTRE LA « TYRANNIE »

Le roi Charles III a profité de l'occasion pour demander aux « nations libres » de lutter contre la « tyrannie » et a rappelé « le nombre inimaginable de civils français morts au cours de cette bataille commune pour la liberté ».

De même, il a rendu hommage aux « hommes et femmes de la résistance française, pour leur courage et leur sacrifice incroyables » dans un discours dans lequel il a également souligné les précieuses informations obtenues par les civils qui ont commis des « actes de sabotage » cruciaux. à la victoire alliée.

Le monarque a remercié les Normands pour leur « accueil chaleureux » dans le cadre des hommages et leur « générosité », notamment envers les anciens combattants. « C'est un moment émouvant et mémorable », a-t-il déclaré après avoir prononcé quelques mots en anglais pour rendre hommage à « ceux qui ne sont jamais rentrés chez eux ».

« Nous avons la chance d'avoir eu une génération d'hommes et de femmes qui n'ont pas failli. Nos forces armées ont rempli leur devoir avec un sens de détermination, qualité profondément caractéristique de cette génération », a-t-il déclaré. C'est pour cette raison qu'il s'est dit « fier » d'avoir « un monument permanent en Normandie qui rend hommage aux personnes qui ont donné leur vie lors du jour J ».

Le prince William s'est ensuite adressé aux militaires canadiens, qu'il a remerciés pour « leur courage et leur sacrifice », lors d'une cérémonie à Juno Beach en présence du Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et de son homologue français, Gabriel Attal, qui a souligné. cette gratitude est « infinie ».

« Ils étaient loin de chez eux, aux côtés de milliers de soldats britanniques. Il est difficile de comprendre le courage qu'il leur a fallu pour affronter la bataille ce jour-là », a-t-il déclaré avant de préciser que le « sacrifice » de ces 14 000 Canadiens  » a permis d'avancer. » l'opération militaire britannique la plus ambitieuse de l'histoire.

BIDEN TIRE UN PARALLÈLE AVEC L'UKRAINE

Lors de la cérémonie qui s'est déroulée au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, le président américain Joe Biden a fait un parallèle avec la situation que traverse l'Ukraine dans le contexte de l'invasion russe et a assuré que les alliés « ne font pas Ils détourneront le regard. »

« Il y a 80 ans, nous n'avons pas disparu. La lutte entre la liberté et la dictature ne s'arrête pas. L'Ukraine est un exemple et a été envahie par un tyran, mais nous ne nous retournerons pas », a-t-il souligné avant de souligner que le « Jour J »  » est le signe que la démocratie  » est plus forte que n'importe quelle armée dans le monde « .

Le président américain a soutenu que les soldats qui ont combattu en Normandie « sont des héros, non pas parce qu'ils ont été les plus forts ou les plus implacables, mais parce qu'ils avaient une mission audacieuse, qu'ils savaient que mourir était une possibilité et qu'ils l'ont quand même fait ». « Ils savaient sans aucun doute que ce pour quoi ils se battaient en valait la peine : la liberté, la démocratie », a-t-il précisé.

Il a ainsi exhorté le monde à « rester unis pour défendre la démocratie et la liberté en mémoire de ceux qui se sont sacrifiés ». « Se rendre aux dictateurs est tout simplement impensable. Ce serait comme oublier ce qui s'est passé sur ces plages, et nous n'allons pas l'oublier », a-t-il déclaré.

De son côté, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a à son tour rendu hommage aux soldats et a déploré la mort de quelque 9 000 soldats américains ce jour-là. « Vous avez sauvé le monde », dit-il en se souvenant de la bataille.

« Vous avez contribué à vaincre ce que (Winston) Churchill considérait comme une tyrannie monstrueuse. Vous avez jeté les bases d'un monde plus juste, plus libre et plus décent. Avec les alliés, vous avez construit la paix depuis la guerre », a-t-il conclu.

On estime que quelque 200 anciens combattants se sont rendus ce jeudi dans le département du Calvados pour participer aux cérémonies, qui se sont déroulées devant un fort dispositif policier et avec un oeil sur la présence de l'Ukraine.

Zelensky lui-même a précisé avant d'atterrir en France que les Ukrainiens « défendent désormais l'Europe de la même manière que les alliés le faisaient il y a 80 ans », selon un message diffusé sur leurs réseaux sociaux.

« Nous sommes honorés de participer à ces événements commémoratifs (…) qui servent à rappeler le courage et la détermination des alliés dans la démonstration de leur lutte pour la liberté et la démocratie », a-t-il déclaré avant d'insister sur le fait que l'unité « doit prévaloir à nouveau ».

A lire également