L'Iran qualifie de "sans fondement et invalides" les critiques de la France, du Royaume-Uni et de l'Allemagne concernant son programme nucléaire

Le gouvernement iranien a qualifié lundi de « infondées et invalides » les critiques formulées ce week-end par la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne condamnant sa décision d'installer davantage de centrifugeuses dans les installations nucléaires de Fordo et de Natanz et a réitéré que son programme nucléaire « est totalement paisible.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué publié sur son site Internet que la position exprimée par ces trois pays – connus sous le nom d'E3 et faisant partie des signataires de l'accord nucléaire historique de 2015, dont les États-Unis se sont retirés unilatéralement en 2018 – contient « fausses déclarations », c'est pourquoi elle a exprimé son ferme rejet.

« Comme cela a été dit à plusieurs reprises, le programme nucléaire iranien a toujours été entièrement pacifique et les armes nucléaires n'ont pas leur place dans la doctrine militaire et de défense iranienne », a-t-il déclaré, avant d'ajouter que « c'est une amère ironie que des pays ayant une position politique non constructive , responsables et architectes de la situation autour de l'accord nucléaire, accusent l'Iran de le vider de son contenu. »

De même, il a insisté sur le fait que « l'Iran est déterminé à poursuivre son interaction constructive et sa coopération technique avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans le cadre de ses droits et obligations » et a ajouté qu'« il a appliqué et continuera d'appliquer ses politiques nucléaires ». plans et projets conformes au Traité de non-prolifération nucléaire et à l'Accord de garanties ».

Il a ainsi déclaré que « les activités nucléaires pacifiques de l'Iran ne sont pas réactives, mais sont basées sur le programme national de développement nucléaire et se poursuivront dans le cadre de ses droits et obligations internationaux ». « Les spéculations erronées des Occidentaux à ce sujet, tout comme leurs autres erreurs, ne mèneront nulle part », a-t-il affirmé.

« L'Iran a toujours été ouvert à une interaction et un dialogue constructifs et estime que pour résoudre les problèmes et les préoccupations de toutes les parties, il faut de la bonne volonté, éviter les actions politisées infructueuses et ratées du passé, ainsi que faire preuve de sérieux et d'une approche pragmatique », a-t-il ajouté. le ministère iranien des Affaires étrangères.

La déclaration a été publiée en réponse aux critiques formulées par les trois pays européens après que l'AIEA a confirmé vendredi que l'Iran avait installé davantage de centrifugeuses d'enrichissement d'uranium dans ses installations de Fordo et de Natanz, après que Téhéran ait promis de répondre à la résolution approuvée par le conseil d'administration de l'agence. des gouverneurs pour le manque de coopération des autorités avec l'agence.

De l'avis de Berlin, Londres et Paris, ces mesures supplémentaires « vident » l'accord nucléaire international signé en 2015. « Ces mesures augmenteront encore les capacités d'uranium enrichi et d'enrichissement de l'Iran, dont les niveaux ont déjà dépassé les limites établies, et entraîneront une nouvelle escalade des « Le programme nucléaire iranien, qui comporte des risques de prolifération importants », ont-ils déclaré, avant de miser sur « une solution diplomatique qui empêche l'Iran de développer l'arme nucléaire ».

L'Iran a annoncé la rupture de ses engagements sur plusieurs points de l'accord nucléaire de 2015, tout en affirmant que ces mesures pourraient être annulées si les États-Unis retiraient leurs sanctions et réappliquaient les clauses de l'accord historique. Toutefois, les contacts n’ont pas abouti jusqu’à présent à un rapprochement.

A lire également