Première modification:

Si sept mois de cinéma tremblant étaient un film, ce serait de l'horreur. Ce secteur connaît un tel frein, que les studios et les distributeurs ont gelé le calendrier de sortie, tandis que les salles implorent les bandes de ne pas mourir. Pour nous, la pause hollywoodienne qui conditionne la moitié du monde, nous affecte dans le retard des «blockbusters», sans compter les fermetures de salles de cinéma dans certains pays. Ceux qui y assistent déjà le font séparément, tandis qu'en Russie les drames seront retardés parce qu'ils disent qu'ils ne sont pas pour ça.

Le dicton «  est le poisson (ou le merlan) qui mord sa queue '' est parfait pour la crise actuelle de l'industrie cinématographique qui, juste pour citer les super-foyers cinéphiles, a signifié pour la Chine sept mois de pause et quatre pour le leader des États-Unis. Et c'est que le marché fonctionne ainsi: avec Hollywood fermé par le coronavirus, les studios ne créent pas de bandes; les distributeurs gèlent ceux déjà réalisés à la recherche d'une date de collecte idéale; et les cinémas languissent en attendant les grandes premières de l'année.

Ce cercle vicieux dans le pays, croyez-le ou non, conditionne le reste des cinémas et des industries nationales dans le monde. Et ainsi, nous sommes arrivés à une situation jamais vue auparavant dans l'histoire du septième art, qui affecte non seulement les salles, mais aussi notre motivation à y aller. Une motivation qui, bien sûr, dépend du fait que le virus dans notre pays a permis la réouverture de salles, avec de bons films locaux ou certaines des sorties attendues.

Car c'est une des solutions que les cinémas implorent: rompre avec la tradition qui existe depuis les années soixante-dix (ça a commencé avec 'Jaws', 'Tiburon'), faire une première en même temps dans le monde entier, et exposer par étapes, depuis selon les restrictions sanitaires de chaque pays. L'autre alternative a été de créer en ligne, en streaming, en l'absence de grands écrans.

Seulement ce n'est pas une option pour les productions millionnaires comme «Tenet», ni pour les cinéastes comme Christopher Nolan, amoureux du cinéma traditionnel et avec l'esprit de projeter quoi que ce soit. Tant que ce poisson arrête de se mordre la queue et retrace une année fatidique, à laquelle s'ajoute l'absence de grandes fêtes. C'est de cela que parle cette chronique maison, d'où nous vous rappelons qu'il y a des films qui nous attendent en 2020 et au-delà.

Dans certains endroits, cette visualisation est déjà avec les distances dans les sièges, les gels, la prise de température et le veto sur la nourriture. Dans d'autres, comme la Chine, qui a déjà rouvert, il envisage de prendre des pauses intermédiaires dans les films pour briser la restriction sur les films de moins de deux heures qui évitent de concentrer le public pendant si longtemps. Alors qu'en Russie, l'interdiction ou le «filtre» n'est pas de montrer des films de genre dramatiques car, selon le ministère de la Culture du Kremlin, les téléspectateurs «ne sont pas préparés» à des histoires tristes.

Quoi qu'il en soit, l'industrie cinématographique a besoin de notre soutien aujourd'hui, et encore plus lorsqu'elle accroche les affiches de la saga 'The King's Man' (18 septembre?), 'Wonder Woman 1984' (2 octobre?), 'Mulan' (pas de date pour l'instant), 'Black Widow' (entre octobre-novembre?), 'James Bond: No Time To Die (novembre ou 2021?),' The French Dispatch '(pas de date pour l'instant) ou ceux de 'Soul', prévus le 27 novembre. Et il est probable que ce dernier soit le cas, car Disney (à défaut de Pixar) est celui qui évite le mieux cette histoire d'horreur moche.