Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre à Gaza

Le ministre estonien des Affaires étrangères, Margus Tsahkna, a déclaré lundi que les propos tenus il y a une semaine par le président français Emmanuel Macron sur l'éventuel déploiement de troupes de l'OTAN en Ukraine représentent un « changement de paradigme » car ils montrent la réelle volonté des dirigeants européens. « faire plus » pour remporter la victoire contre la Russie.

Ainsi, a-t-il expliqué, pour aider l'Ukraine, les pays de l'Union européenne « doivent commencer à tenir les promesses qu'ils ont déjà faites », tout en rappelant que l'Ukraine « n'a pas encore reçu toutes les munitions promises ».

« Ce qui importe, ce sont les actes et les résultats, pas les paroles. Nous devons être plus audacieux dans nos actions, car les souhaits de la Russie n'ont pas changé. Si la Russie gagne, elle ne s'arrêtera pas à l'Ukraine et frappera à la porte de l'OTAN pour changer la structure de la sécurité européenne. Ce qui est en jeu, c'est notre liberté », a déclaré le ministre.

En ce sens, il a précisé qu'il était temps « d'être plus audacieux et plus ambitieux », comme le rapporte la chaîne de radiodiffusion estonienne ERR. Cependant, il a déclaré que « bien qu'il n'y ait actuellement aucun consensus politique sur l'envoi de troupes en Ukraine, cela pourrait changer l'attitude de certains pays concernant l'aide militaire à l'Ukraine, car ce serait sans aucun doute une solution plus facile que l'intervention directe ».

Le ministre a souligné que diverses options étaient envisagées à cet égard et a précisé que la priorité était de livrer des munitions à l'Ukraine « le plus rapidement possible, en les obtenant partout où cela est possible ».

« La Russie doit recevoir un signal clair indiquant qu'il n'y aura pas de flexibilité ni de retour à des relations normales tant que l'Ukraine n'aura pas gagné et que les dommages causés ne seront pas compensés. Par nos actions, nous devons démontrer que le temps ne presse pas pour l'Ukraine, l'Europe et l'ensemble du monde démocratique. , mais pour l'agresseur », a souligné le haut responsable estonien.

A lire également