Première modification: Dernière modification:

La décision prise par les pays de l'alliance envisage, en faveur de la stabilisation du marché au milieu de la pandémie de Covid-19, la mise en place d'une baisse de production de 9,7 millions de barils par jour à partir du 1er mai.

Afin de stabiliser le marché pétrolier dans l'urgence provoquée par la propagation du coronavirus, les pays membres de l'OPEP + ont conclu un accord pour réduire la production de brut de 9,7 millions de barils par jour.

Comme indiqué par l'alliance à l'issue de la réunion virtuelle qui s'est tenue entre les parties, la signature du pacte a été établie et prendra effet à partir du 1er mai.

Concernant la décision et les développements récents dans le secteur, le ministère iranien du Pétrole a indiqué que les nations qui composent l'organisation des pays exportateurs ont également approuvé la proposition des autorités mexicaines de diminuer la production en mai et juin de 100 000 barils.

L'alliance OPEP + comprend une trentaine de pays, dirigée par l'Arabie saoudite parmi les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, et par la Russie à la tête d'alliés extérieurs. Le pacte a été clôturé après les téléconférences du marathon qui se sont tenues depuis jeudi dernier.

Après l'annonce, le secrétaire général de l'OPEP, Mohamed Barkindo, a célébré que "ces ajustements de production sont historiques". "Nous assistons aujourd'hui au triomphe de la coopération internationale et du multilatéralisme, qui sont au cœur des valeurs de l'OPEP", a-t-il déclaré sur son compte Twitter.

Cela devient la première réponse coordonnée des puissances pétrolières aux effets de la pandémie de Covid-19, qui a provoqué une baisse sans précédent de la demande mondiale de brut et a fait chuter les prix à leur plus bas niveau en près de 20 ans, avec des pertes jusqu'à 70% par rapport aux sommets de cette année. Reste à voir si les décisions prises sont suffisantes pour stopper l'effondrement.

Les États-Unis, la Russie et l'Arabie saoudite soutiennent l'accord

Peu de temps après la confirmation de l'accord, les réactions des différents dirigeants et responsables des pays membres de l'alliance ont commencé à travers les réseaux sociaux.

L'un des premiers était celui du président américain, Donald Trump. Dans son compte Twitter officiel, le leader républicain a affirmé que l'accord sauvera des milliers d'emplois dans le secteur énergétique de son pays.

Sur la même plateforme, le secrétaire à l'énergie du gouvernement mexicain, Rocío Nahle, a célébré la mesure définie par un accord unanime entre les 23 nations.

Pendant ce temps, le président russe Vladimir Poutine a exprimé son soutien à la décision, tout comme le roi saoudien Salman bin Abdulaziz, dirigeants des pays impliqués dans l'offre qui a mis le marché mondial du pétrole en échec. Les deux ont montré leur accord lors d'un dialogue avec Trump ce dimanche.

Plus tard, Jaled al Fadhel, ministre koweïtien du pétrole, a décrit la portée de l'accord de coupure comme historique, après quoi il a décrit "les efforts continus" des gouvernements de l'organisation en réponse aux instructions des experts.

Malgré le fait qu'il y a moins de quatre mois, le prix du baril de pétrole brut était d'environ 60 dollars, depuis le début de la pandémie, cette valeur a chuté pour toucher les indices minimaux, actuellement, elle est inférieure à 21 dollars panorama inédit depuis 2002.

Avec EFE et Reuters