Sport

Les Jeux paralympiques d’hiver ont été ouverts sous la demande de « paix »

La compétition, qui se déroulera jusqu’au 13 mars, à Pékin, a laissé place à la cérémonie d’ouverture dans un contexte de guerre et de polémique en raison des exclusions de dernière minute de la Russie et de la Biélorussie. Le président du Comité international paralympique a prononcé son discours sur le conflit de guerre actuel et l’a clôturé en s’exclamant le mot « paix ». Le concours aura les sites répartis pour les six disciplines; Elle aura également un palmarès féminin et un tableau des médailles plus varié en raison de l’absence des Russes.

Ce vendredi 4 mars, les Jeux paralympiques d’hiver de Pékin 2022 ont eu leur première officielle dans l’emblématique stade « Nid d’oiseau » en pleine crise provoquée par la guerre qui a éclaté en Ukraine le 24 février et qui a conduit les autorités à disqualifier des athlètes. de Russie et de Biélorussie.

La cérémonie, qui tournait autour de la guerre et donnait constamment un message de paix, était baignée d’émotion. La délégation ukrainienne était la quatrième à faire son apparition sur le plateau et a reçu de vives ovations et applaudissements des autres athlètes et du public, auquel assistait le président chinois Xi Jinping dans la loge officielle.

Le Brésilien Andrew Parsons, la plus haute autorité du Comité international paralympique, a publié un message engagé demandant l’harmonie « en ces temps horribles ».

« Nous ne voulons pas la guerre, nous la détestons. Il faut parler de diplomatie. Nous recherchons un monde plus inclusif, avec moins de discrimination, sans conflits et sans ignorer les minorités ou les conflits », a-t-il déclaré.

En outre, il a affirmé que le sport « doit aider à unir l’humanité et transformer la vie des gens ». « Le mouvement paralympique doit être plus uni que jamais contre ceux qui violent ce type de droit », a-t-il ajouté. Il a clôturé sa déclaration en criant « paix ».

Plus tard, un feu d’artifice violet et une représentation des différents handicaps que portent les athlètes (physique, visuel, infirmité motrice cérébrale), deux enfants sont sortis du centre du stade pour s’approcher d’un aveugle et ont peint le symbole paralympique en rouge sur sa main gauche, vert et bleu , qu’il a ensuite soulevé dans un geste de paix.

Avec le relais de la torche portée par divers athlètes chinois en situation de handicap, elle a été placée à sa place traditionnelle pour ouvrir définitivement la 13e édition des Jeux paralympiques d’hiver.

Sans athlètes africains, des représentants de 46 pays sont arrivés à Pékin -Israël, Panama et Azerbaïdjan font leurs débuts dans un événement de ce type- pour concourir dans les 78 épreuves médaillées qui se dérouleront dans six sports.

La Chine battra son record national de participation après avoir réuni 96 athlètes, soit plus du triple de celui de Pyeongchang 2018, qui avait été sa plus grande délégation avec seulement 26.

Six sports dans un nouvel événement multi-sites

Avec des villages paralympiques sur chaque site, cette édition des Jeux paralympiques sera similaire aux Jeux olympiques d’hiver qui se sont récemment terminés dans la capitale chinoise. Avec 564 athlètes, cela équivaut au nombre de Pyeongchang 2018.

« C’est une réalisation fantastique d’égaler le nombre record d’athlètes en compétition aux Jeux paralympiques d’hiver, compte tenu des défis rencontrés au cours des deux dernières années », a déclaré Parsons.

Les athlètes présents concourront dans les 78 épreuves de médailles des six sports qui composent le programme.

Le ski alpin sera celui qui décernera le plus de médailles pour ses 30 compétitions, suivi de près par le ski nordique avec 20 et le biathlon avec 18. Viennent ensuite le snowboard (8), le curling fauteuil et le hockey sur glace avec une chacun.

D’autre part, au Centre National de Yanging, les épreuves techniques et de vitesse du ski alpin seront développées ; à Zhangjiakou, il y aura du snowboard au Gentling Snow Park, du biathlon et du ski nordique au Centre National de Biathlon.

L’exclusion russe, caractéristique de ces Paralympiques

La polémique qui a surgi autour de la présence ou non des délégations russe et biélorusse a finalement eu son dénouement avec l’exclusion à la dernière minute des 83 athlètes des deux pays, qui ne pourront pas participer même sous le drapeau neutre.

Le Comité international paralympique (CIP), qui avait ratifié mercredi qu’ils pourraient concourir, a fini par se redresser jeudi dernier en raison des menaces d’autres nations de se retirer de l’événement en raison de leur désaccord.

« Le changement de position de l’IPC est dû au fait qu’au cours des douze dernières heures, un grand nombre de pays nous ont contactés et nous ont demandé de reconsidérer notre décision, sinon il y aurait de graves conséquences pour les Jeux, menaçant de ne pas concourir », se justifia-t-il Le président Parsons en conférence.


"Gloire à l
« Gloire à l’Ukraine », ont-ils écrit sur le côté de la bande-annonce de l’équipe nationale russe de cross-country à Holmenkollen. près d’Oslo, Norvège, le 2 mars 2022. ©AP / Torstein Boee

Le Kremlin a montré son indignation jeudi dernier face à une situation qu’il a qualifiée de « monstrueuse ». Le porte-parole présidentiel Dmitri Peskov a déclaré que c’était « une honte pour l’IPC ».

« Je ne peux rien dire d’autre. Hier (pour mercredi) ils ont pris une décision et maintenant ils en adoptent une autre », a-t-il conclu.

Sportivement, l’absence de la Russie entraînera une plus grande répartition des médailles pour les autres pays, étant donné qu’ils occupent la cinquième position historique du classement. Avec 233 médailles, ils ne sont que derrière la Norvège, l’Allemagne, l’Autriche et les États-Unis.

Record féminin aux Jeux paralympiques

Le JJ.PP. Les Jeux d’hiver de Pékin auront la plus grande participation historique de femmes dans une compétition de ce style. 138 athlètes seront présents, soit cinq de plus que ceux inscrits à PyeongChang 2018.

« Je suis ravi de voir que le nombre d’athlètes féminines a considérablement augmenté pour atteindre des niveaux records », a souligné le président du Comité international paralympique, Andrew Parsons.

En outre, a-t-il ajouté, s’il « reste encore beaucoup de travail à faire pour atteindre la parité hommes-femmes », l’augmentation « significative » de la participation féminine aux Jeux d’hiver ces 20 dernières années montre qu’ils vont « dans la bonne direction ». « .

avec EFE