Les États-Unis et la Côte d'Ivoire signent un mémorandum contre la manipulation de l'information par des agents étrangers

Les gouvernements des États-Unis et de Côte d'Ivoire ont signé ce lundi un mémorandum pour renforcer la coopération bilatérale en matière de manipulation de l'information par des agents étrangers, dans le cadre d'une augmentation de la présence russe sur le continent africain au détriment de l'américaine ou de la française.

« La manipulation de l'information par des États étrangers, y compris la désinformation et la propagande, constitue une menace transnationale pour la sécurité qui peut créer ou exploiter des divisions au sein et entre les pays, mettre en péril l'intégrité électorale et saper la confiance du public dans le gouvernement », lit-on dans un communiqué du Département d'État américain. .

Cet accord, signé entre l'ambassadrice américaine Jessica Davis Ba et le ministre ivoirien des Affaires étrangères León Kacou Adom, « met en lumière la reconnaissance partagée » de « la menace qui pèse sur toutes les sociétés démocratiques ». Avec cela, ils ont l'intention de collaborer sur des stratégies « pour combler les lacunes en matière de capacités, élargir l'échange d'informations et aligner les politiques ».

« Ce mémorandum historique, le premier entre les États-Unis et un partenaire africain pour contrer la manipulation de l'information par des États étrangers, démontre comment la coopération bilatérale peut contribuer à construire un écosystème d'information plus fort et plus résilient », a déclaré Washington.

La région centrale et occidentale du continent africain, considérée pendant des décennies comme la « ceinture du coup d'État », a réussi à progresser vers la stabilité politique au cours des dernières décennies, même si depuis 2020, elle a été le théâtre de plusieurs émeutes, dont près d'une dizaine d'émeutes réussies. .

La plupart des coups d'État enregistrés sur le continent depuis 2012 ont eu leur épicentre dans la région du Sahel, avec un total de trois au Mali – dont deux en 2020 et 2021 qui ont consolidé la junte actuellement dirigée par Assimi Goita -, et deux autres au Mali. Le Burkina Faso – tous deux en 2022, après deux tentatives en 2015 et 2016 –, et celui du Niger en juillet 2023.

A lire également