La France

Les États-Unis accusent la Chine d' »intimidation » dans l’Indo-Pacifique et s’engagent avec la France après la discorde sur AUKUS

Les États-Unis ont accusé la Chine d' »intimider » d’autres pays de l’Indo-Pacifique et ont renforcé la nécessité de l’accord AUKUS, ce qui a créé la discorde avec la France, pour laquelle ils ont réitéré l’engagement de Washington à Paris.

Lors d’une conférence de presse conjointe, le secrétaire d’État, Antony Blinken ; le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, et la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, ainsi que l’officier de défense australien, Peter Dutton, ont abordé les questions concernant l’accord tripartite sous l’acronyme AUKUS, avec lequel Londres, Canberra et Washington chercher à développer un partenariat de sécurité et de défense dans la région.

Le chef de la diplomatie américaine a défendu le pacte, qui autorise l’accès de l’Australie à la technologie pour le développement de sous-marins nucléaires, mettant ainsi de côté « l’accord du siècle » que Canberra avait avec Paris à cet effet, qui a réveillé le rejet du gouvernement français de l’accord.

En ce sens, Blinken a tenté d’arranger les choses avec la France, pays qu’il a qualifié de « partenaire essentiel » en la matière et avec lequel il a contacté des responsables pour régler le problème, a-t-il assuré.

« Je tiens à souligner que nous coopérons étroitement avec la France sur de nombreuses priorités communes dans l’Indo-Pacifique, mais aussi plus loin, dans le monde », a-t-il reconnu, appelant les pays européens à « jouer un rôle important » dans cette région.

D’autre part, il a souligné que lors de la rencontre avec les représentants australiens avant la conférence de presse, les parties ont réitéré leur défense d’un « ordre international fondé sur des règles », pour se référer ensuite à la Chine, contre laquelle a promu cet accord même bien qu’il n’y ait pas été mentionné.

« Le monde a vu la réponse agressive de la Chine alors que l’Australie a lancé des appels à une enquête sur les origines du COVID-19. Et Pékin a vu ces derniers mois que l’Australie ne reculera pas et que les menaces de représailles économiques et de pressions ne fonctionneront tout simplement pas. Les États ne laisseront pas l’Australie seule sur le terrain face à ces moyens de pression », a ajouté Blinken.

LA CHINE, « DÉSABILISANT »

De son côté, Lloyd a insisté sur la figure « déstabilisatrice » de Pékin dans la région et a accusé le pays de « contraindre et intimider » d’autres pays. « Alors que nous recherchons une relation constructive et axée sur les résultats avec la Chine, nous maintiendrons notre vision claire des efforts de Pékin pour saper l’ordre international établi », a-t-il averti.

Pour sa part, la ministre australienne des Affaires étrangères a précisé qu’elle avait parlé avec les secrétaires de « la concurrence de la Chine à différents niveaux », qui « nous oblige à réagir et à accroître la résilience », bien qu’elle ait réitéré son intention de dialoguer avec les autorités de la Pays asiatique « sans conditions préalables ».

« Le leadership américain dans l’Indo-Pacifique reste indispensable. Nous devons rivaliser pour préserver et façonner l’ordre international qui a soutenu des décennies de prospérité et de stabilité économique dans l’Indo-Pacifique », a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, Dutton a signé le pacte qui intervient à un moment « d’incertitude incroyable dans l’Indo-Pacifique » et a déclaré que la collaboration aiderait à créer une région plus sûre. « Ce n’est pas la première fois que nous voyons des explosions de la Chine concernant la position de l’Australie », a-t-il déclaré.

Depuis Pékin, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a critiqué l’accord comme un exemple de « double standard » américain, ajoutant qu’il nuirait à la stabilité régionale et provoquerait une course aux armements dans la région.

De même, Pékin s’en est pris à Washington à propos de l’accord AUKUS, affirmant qu’il avait une « mentalité de guerre froide ».

Compte tenu de cela et des questions de savoir si les États-Unis cherchent une escalade avec la Chine, la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a défendu ce jeudi que l’accord « ne vise aucun pays » et que Washington « ne cherche pas le conflit ».

« Nous nous engageons à maintenir un dialogue ouvert et de haut niveau entre les dirigeants », a-t-il déclaré à propos d’une réunion souhaitée du président américain avec son homologue chinois, Xi Jingping, et après leur entretien téléphonique il y a quelques jours.