Ecologie

Le Pérou annonce des « actions urgentes et sérieuses » pour sanctionner la marée noire

Pedro Castillo a assuré que le gouvernement assumera « le rôle de punir les responsables » de la marée noire d’un navire en charge de la multinationale Repsol qui a laissé des millions de terres et de mers couvertes de pétrole. La multinationale pétrolière avait fait état d’un déversement bien inférieur à celui déterminé par les autorités du pays et nie avoir causé la catastrophe écologique. Les autorités péruviennes pourraient infliger une amende de 35 millions de dollars à l’entreprise.

Le président péruvien a assuré que l’État mènera des actions « urgentes » et « sérieuses » afin de punir les responsables de ce qu’il a catalogué comme l’un des « plus grands écocides » sur la côte péruvienne en raison du déversement de pétrole brut dans un terminal de la raffinerie de La Pampilla, qui appartient à la multinationale espagnole Repsol.

« Les dommages écologiques causés à notre littoral sont inadmissibles. L’État a ordonné des actions pénales, civiles et administratives, afin de protéger la souveraineté et le bien-être du pays », a ajouté le président.

« Nous sommes confrontés à l’un des plus grands écocides qui se soient produits sur nos côtes et notre mer. Le gouvernement assume le rôle de punir les responsables des dommages qui affectent tragiquement la flore, la faune et les communautés qui sont en danger et privées de leurs moyens de subsistance. jour- aujourd’hui, dit Castillo.

Quelques heures plus tôt, le président s’était rendu sur la plage de Cavero, l’une des plus touchées par le déversement, avait survolé la zone et signé un décret suprême déclarant l’urgence climatique d’intérêt national, où il avait assuré qu’il attendait de l’entreprise qu’elle assume sa responsabilité dans le désastre écologique.


Le pétrole brut est déposé dans des puits par les responsables du Sernanp, ceci dans le cadre des travaux de nettoyage de la mer.
Le pétrole brut est déposé dans des puits par les responsables du Sernanp, ceci dans le cadre des travaux de nettoyage de la mer. © Sernanp

Marée noire en mer péruvienne, plus grave que ce que rapporte Repsol

La marée noire au large des côtes du Pérou, causée par des vagues anormales après l’éruption d’un volcan sous-marin aux Tonga, est beaucoup plus grave qu’initialement annoncé.

Selon le ministre de l’Environnement du pays andin, Rúben Ramírez, au moins 6 000 barils de pétrole brut se sont déversés le samedi 15 janvier au terminal de la raffinerie de La Pampilla. Cela s’est produit alors que le Mare Dorium battant pavillon italien était en train de décharger.

Le chiffre rapporté contredit ce qui avait été initialement rapporté par l’Agence d’évaluation et d’application de l’environnement (OEFA) du ministère péruvien de l’Environnement. L’entité a souligné que la raffinerie avait signalé le déversement de seulement 0,16 baril sur une superficie de deux mètres carrés et demi.

Cependant, selon l’OEFA, à partir de jeudi, la zone touchée comprend 1,7 million de m2 de terre et 1,2 million de m2 de mer, avec de graves conséquences pour les zones naturelles protégées, ce qui a créé un impact très négatif sur la faune marine du lieu, comme ainsi que sur ses plages.

Impact sur les réserves naturelles et la faune marine

Le Service national des espaces naturels protégés par l’État (Sernanp) a annoncé que la marée noire avait atteint le système de réserve nationale des îles, les îlots et les pointes de Guaneras, les îlots des pêcheurs et la zone réservée d’Ancón.

Sernamp a également signalé que la faune marine de la région a été gravement touchée. Des oiseaux morts, des lions de mer et des manchots ont été retrouvés, ainsi que de nombreux spécimens contaminés, pour lesquels l’entité a signalé le déploiement d’une brigade de personnel pour soutenir le travail de sauvetage et de nettoyage des animaux avec une assistance médicale vétérinaire.


Différentes espèces, principalement des oiseaux de mer, ont été touchées par la marée noire.
Différentes espèces, principalement des oiseaux de mer, ont été touchées par la marée noire. © Sernanp

Les familles qui vivent dans la région, dont les principales sources de revenus sont la pêche et les activités liées au tourisme, ont également été gravement touchées et de nombreux habitants sont sortis de la raffinerie de La Pampilla, exigeant que l’entreprise leur apporte une solution. .

Le ministère de la Santé a recensé 21 plages touchées par la marée noire et a demandé à la population de ne pas s’y rendre car elles ne sont pas adaptées aux baigneurs car qualifiées d' »insalubres ».

Repsol : « nous ne causons pas de dégâts écologiques »

Repsol Pérou, par l’intermédiaire de sa responsable de la communication et des relations institutionnelles, Tine van den Wall Bake Rodríguez, a accordé une interview à la station de radio péruvienne RPP le 19 janvier et a souligné que la compagnie pétrolière n’était pas à l’origine de la catastrophe écologique.

Il a également indiqué qu’il ne pouvait pas désigner les responsables, car, comme il l’a expliqué, l’urgence aurait été causée par l’éruption volcanique aux Tonga et a ajouté que la marine péruvienne leur avait dit qu’il n’y avait pas d’alerte au tsunami.

À un autre moment de l’interview, la porte-parole a tenté d’expliquer pourquoi au départ un déversement minime avait été signalé contrairement à l’ampleur réelle de l’urgence : « Selon la procédure, selon la loi, au cours des 12 premières heures, vous devez signaler un volume. La première chose que vous avez vue n’était qu’une irisation dans la mer et vous n’avez pas vu de déversement », a-t-il déclaré.

Bake Rodríguez a assuré que les vagues anormales « ont pris cette décharge (du bateau) » et l’ont propagée.

« S’il s’agissait d’un déversement normal, le pétrole aurait refait surface sur le site, mais comme il y a eu ces vagues, il a été transporté vers d’autres sites, il n’a pas été vu (…) à 5 heures du matin le lendemain, des patrouilles sortir pour explorer, à la fois sur les plages environnantes, par terre, par mer (…) et (l’étendue du déversement) n’est pas détectée », a poursuivi le représentant de Repsol.

Bake Rodríguez a déclaré que ce n’est que le dimanche après-midi, alors que 24 heures se sont écoulées, qu’ils ont réalisé l’ampleur réelle de la catastrophe.

Actions en justice et sanctions contre la compagnie pétrolière

Dans un communiqué, l’OEFA a déclaré que l’entreprise dispose de deux jours pour identifier les zones touchées par le pétrole déversé ; 10 jours pour décontaminer les sols affectés sur les plages ; 5 jours pour contenir et récupérer l’hydrocarbure qui flotte dans les eaux marines, entre autres dispositions.

Le ministre Ramírez a souligné que si ces mesures ne sont pas respectées, l’entreprise pourrait être condamnée à une amende d’environ 35 millions de dollars.

Pour sa part, le ministère public du Pérou a annoncé qu’il intenterait une action en justice et exigerait une indemnisation pour les personnes jugées responsables du déversement.

Entre-temps, le bureau du procureur de l’environnement de Lima a lancé une enquête pour crime présumé de pollution de l’environnement contre les représentants légaux et les responsables de la raffinerie de La Pampilla.

Avec l’EFE et les médias locaux