Première modification: Dernière modification:

Le nouveau long métrage de Disney fait face à plusieurs plaintes pour avoir été tourné dans une région de Chine où différentes organisations de défense des droits humains et gouvernements occidentaux affirment qu'une minorité musulmane est réprimée.

«Mulán» est l’un des films les plus attendus de l’année, dont la première était initialement prévue pour mars, mais a été retardée jusqu’à présent en raison de la pandémie de Covid-19.

Malgré le fait que la plupart des cinémas du monde continuent d'être fermés en raison de mesures d'isolement pour contenir la propagation de l'épidémie, les cinéastes ont décidé de sortir le film à partir de la première semaine de septembre. Son pari était la virtualité.

"Ce n'était pas une décision facile à prendre car il y avait tellement de facteurs en jeu ici", a déclaré Christine McCarthy, CFO de The Walt Disney Company, lors d'une conférence d'investisseurs le mercredi 9 septembre, faisant référence au remake qui a coûté le plus. de 200 millions de dollars.

La société a choisi de vendre le film via la plate-forme de streaming Disney +. De plus, il sortira dans les salles chinoises à partir du 11 septembre, où ils espèrent avoir une réception avec la figure de Mulan, un guerrier de ce pays qui a été un classique animé de Disney. C'est un marché clé car c'est le deuxième plus grand du monde du cinéma.

Mais contrairement aux attentes, il y a eu un appel au boycott du film. Les groupes de défense des droits de l'homme rejettent le public du film grâce aux autorités du Parti communiste chinois du Xinjiang dans son générique de fin.

La controverse est due au fait que différentes organisations internationales et gouvernements occidentaux affirment que les autorités chinoises violent les droits humains de la minorité musulmane des Ouïghours qui vivent dans la région. Les États-Unis, par exemple, font valoir que les élites chinoises forcent les membres de cette communauté à travailler, au point que les autorités américaines bloqueraient deux importations stratégiques en provenance du Xinjiang en Amérique du Nord.

Une autre plainte est que les Ouïghours sont détenus dans des camps de travail et soumis à des stérilisations forcées. La Chine nie toutes les accusations et affirme que les camps sont des centres de formation volontaires pour lutter contre l'extrémisme.

L'ethnie ouïghoure en Chine survit aux camps de rééducation

De Hong Kong, ils appellent également au boycott

La polémique prend de l'ampleur car la protagoniste du film elle-même, l'actrice sino-américaine Liu Yifei, a soutenu la police de Hong Kong lors de la répression contre les manifestants pro-démocratie dans ce territoire autonome de Chine.

Hong Kong est au centre des tensions diplomatiques entre des pays comme le Royaume-Uni et les États-Unis avec la Chine depuis que la loi sur la sécurité y a été mise en œuvre, ce qui pénalise les appels à l'indépendance et à la démocratie de Hong Kong.

«Dans les films hollywoodiens, ils prétendent embrasser la justice sociale. Ils s'inclinent honteusement devant la Chine autocratique », a déclaré Nathan Law, un militant pro-démocratie de Hong Kong, l'un des promoteurs du boycott du classique de Disney.

Avec Reuters