Première modification:

La possibilité que les noms «hamburger» et «saucisse», entre autres, soient utilisés uniquement dans les aliments à base de viande – et non de légumes – a suscité un débat animé ces dernières semaines entre le secteur de la viande et les organisations environnementales.

Le Parlement européen a résolu ce vendredi un dilemme auquel était confronté, pendant des semaines, le secteur de la viande avec les écologistes: si le hamburger qui ne transporte pas de viande peut continuer à être qualifié de hamburger. Votre réponse est oui.

L'un des points de discussion les plus controversés de la session du 23 octobre a été la décision de limiter ou non les noms de «hamburger», «saucisse», «steak», «schnitzel» et «burger» aux produits carnés.

Les agriculteurs avaient fait valoir que l'utilisation de ces mots pour les produits non carnés pouvait induire les consommateurs en erreur. Mais les groupes médicaux, les écologistes et les entreprises qui fabriquent des produits végétariens ont répondu que leur interdiction découragerait le passage à des régimes plus à base de plantes, sapant les objectifs sanitaires et environnementaux du bloc communautaire.

"Je vais célébrer avec un hamburger végétalien", a déclaré le législateur suédois de l'Union européenne Jytte Guteland après l'annonce du résultat.

Une victoire incomplète

Le Parlement européen a également approuvé un autre amendement visant à empêcher l'utilisation de références telles que «type», «style» ou «alternative» pour comparer les produits non laitiers aux produits laitiers.

Des termes comme «lait d'amande» et «yogourt de soja» sont déjà interdits en Europe après que la Haute Cour du Bloc a décidé en 2017 que les produits purement végétaux ne peuvent pas être commercialisés en utilisant des termes comme lait, beurre ou fromage, réservés dérivé d'animaux.

Ces mesures s'inscrivent dans un paquet plus large connu sous le nom de réforme de la politique agricole commune, le document qui réglementera la campagne européenne entre 2023 et 2027. L'accord de ce vendredi n'est donc pas définitif et doit être discuté avec chaque pays.

Avec AP, Reuters et EFE