Dans ce pays, le dollar officiel et le « dollar bleu » sont utilisés sur le marché informel, ce dernier atteignant son maximum mercredi avec un écart de 95 % par rapport au taux de change officiel.

Une tendance imparable. Le peso argentin a subi un revers ce mercredi 19 janvier sur le marché parallèle face au « dollar bleu », qui a atteint son plus haut historique. Le « dollar bleu », comme on appelle l’évolution du marché parallèle non régulé par l’État, a clôturé la journée à 210 pesos à l’achat et 213 à la vente.

En Argentine, on utilise le taux de change officiel, émis par le gouvernement, ainsi que le marché parallèle avec le « dollar bleu », dont les services sont offerts par des promoteurs informels dans les rues de Buenos Aires.

Le « dollar bleu » est à court de volume de transactions et fonctionne sur la volatilité des attentes. Mercredi, le bleu maintenait un écart de 95% avec le taux de change officiel de 109,67 pesos pour un dollar.

Début 2021, le « dollar bleu » était vendu à 165 pesos. En novembre, il a atteint 200 pesos et clôturé l’année à 208 pesos, ce qui représente une perte de 21 %. De son côté, sur le marché des changes officiel, la monnaie argentine s’est dépréciée de 16 % en 2021 et jusqu’à présent en 2022, elle a chuté de 1,26 % pour s’échanger mercredi à 109,67 pesos pour un dollar.


Photographie de pesos argentins à Buenos Aires, Argentine
Photographie de pesos argentins à Buenos Aires, Argentine © Juan Ignacio Roncoroni / EFE

« Malheureusement, le dollar va continuer à monter. Quand le dollar monte, vous le voyez dans la hausse des prix, dans l’inflation, vous le voyez renversé sur les marchés, vous allez acheter et les choses sortent plus le lendemain, », a déclaré Pablo Romero, un ouvrier de 36 ans.

Avec le contrôle des changes en vigueur depuis 2019, les Argentins peuvent acheter auprès des petits épargnants jusqu’à 200 dollars par mois au taux de change officiel, plus taxes.

L’Argentine a une inflation supérieure à 50%, l’une des plus élevées au monde.

Ce jeudi, le gouvernement a promis de payer les échéances de la dette auprès du Fonds monétaire international, le FMI, jusqu’à parvenir à un accord de refinancement. « En ce moment, nous menons des négociations et nous ne savons pas quand l’accord avec le FMI avancera. Nous savons tous que l’Argentine a décidé de payer tant qu’un accord sera trouvé », a déclaré Gabriela Cerruti, porte-parole du gouvernement.

La dette envers l’organisation s’élève à plus de 40 000 millions de dollars. L’Argentine devrait payer, entre capital et intérêts, 19 020 millions de dollars cette année, 19 270 millions en 2023 et 4 856 millions en 2024, des échéances que le gouvernement d’Alberto Fernández a déjà déclaré que le pays n’était pas en mesure d’affronter.

avec EFE

A lire également