La junte militaire établie au Mali, au Burkina Faso et au Niger à la suite de coups d'État entre 2020 et 2023 a félicité le président russe, Vladimir Poutine, pour sa victoire aux élections dans ce pays eurasien et a exprimé son désir de continuer à renforcer les liens avec Moscou. , dans le cadre de son éloignement de ses alliés occidentaux traditionnels, principalement la France.

Le chef de la junte burkinabè, Ibrahim Traoré, a transmis ses félicitations à Poutine et lui a souhaité « beaucoup de succès », avant de déclarer qu'il espère que « ce nouveau mandat contribuera au renforcement des relations déjà excellentes » entre les deux pays. pour le bénéfice des courageux peuples burkinabè et russe. »

De même, le chef de la junte nigérienne, Abdourahamane Tchiani, a salué la « brillante réélection » de Poutine et a exprimé son espoir que Poutine « réussisse à concrétiser sa haute et stimulante mission », tout en vantant que les Russes « ont renouvelé leur confiance ».  » chez le président à travers cette fulgurante victoire « aux urnes ».

Le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP) – nom officiel du conseil – a indiqué dans son compte sur le réseau social X que cette victoire démontre « l'adhésion » de la population russe « au programme gouvernemental » de Poutine. et « son ambition légitime de continuer à faire progresser la Russie dans tous les domaines économiques et politiques ».

« Le Niger, qui mène une lutte historique pour reconquérir sa souveraineté et son développement, sait qu'il peut compter sur votre engagement personnel et sur la coopération de la Russie pour mener à bien son combat patriotique », a déclaré Tchiani, qui a ouvert la porte au « renforcement déjà excellent ». relations entre les deux pays.

De son côté, le chef de la junte malienne, Assimi Goita, a également félicité Poutine pour « la confiance renouvelée de son peuple » et lui a souhaité « plein succès dans l'exercice de ses fonctions ». « En tant que partenaire stratégique et sincère du Mali, je renouvelle notre totale amitié », a-t-il souligné.

La junte du Mali, du Burkina Faso et du Niger a rompu ses liens militaires avec la France et ordonné le départ de leurs militaires du pays, suscitant les inquiétudes de Paris quant à la perte de son influence traditionnelle dans ses anciennes colonies de cette région d'Afrique et par le rapprochement de ces pays avec la Russie.

A lire également