Première modification:

Lors d'une visite à Montpellier, le Premier ministre Jean Castex a indiqué que l'évolution de l'épidémie de Covid-19 est "sur la mauvaise voie" en France. Pour cette raison, le politicien a annoncé l'utilisation généralisée du masque dans tout le pays et la restriction des concentrations de plus de 5 000 personnes jusqu'à fin octobre.

Les Français viennent de se resserrer les écrous en vacances pleines. Jean Castex, le Premier ministre, l'avait déjà dit il y a quelques jours: "Nous sommes en vacances mais le virus ne l'est pas". Malgré les campagnes de rappel des mesures de barrière à la radio, à la télévision, dans les gares et dans la presse, les Français ont baissé leur garde cet été. Ceci est indiqué par le nombre d'infections, qui sont en augmentation.

Castex, accompagné d'Olivier Véran, en charge du portefeuille Santé, a visité le CHU de Montpellier ce mardi 11 août. A l'issue de cette visite, Castex a fait des déclarations dans lesquelles il a exhorté les Français, en particulier les jeunes, à "faire amende honorable" car la situation épidémiologique n'est pas sur la bonne voie.

Les indicateurs des dernières semaines déclenchent des alarmes. Castex a expliqué qu'entre fin juillet et début août, 1 000 cas étaient dénombrés par semaine, mais aujourd'hui ils s'élèvent à 2 000. De plus, la limite de surveillance a également été dépassée. Cela devrait être de 20 cas pour 100 000 habitants, mais selon Castex dans les prochains jours, il atteindra 50 cas dans certaines régions du pays.

À cela s'ajoutent les 25 nouvelles sources d'infection qui sont détectées chaque jour alors qu'il n'y en avait que cinq il y a environ trois semaines. Dans le même temps, le nombre d'hospitalisations et d'admissions en unité de soins intensifs est également en hausse.

Ces chiffres ont fait l'objet d'un conseil de défense convoqué mardi par le président Macron. Le Premier ministre a expliqué qu'il faut réagir immédiatement au niveau collectif car "nous sommes exposés à un risque élevé que l'épidémie rebondisse et qu'elle sera difficile à contrôler". Le gouvernement veut avant tout éviter que les hôpitaux soient à nouveau sous tension, une situation que «nous vivons déjà et que personne ne veut répéter».

Masques dans tous les lieux publics

Ainsi, les mesures sanitaires sont renforcées et afin d'éviter à tout prix un nouveau confinement. L'utilisation d'un masque va se généraliser dans tous les lieux publics du pays. Pour cela, le gouvernement a demandé aux autorités locales et aux préfets "d'étendre autant que possible l'utilisation obligatoire d'un masque dans les espaces publics".

Une mesure déjà en vigueur depuis le 1er août dans certains lieux très fréquentés de quelque 330 communes du pays comme Nice, Toulouse et Cannes, entre autres. A Paris, il a commencé à régner ce lundi 10 août, dans au moins 100 rues de la capitale.

Paris rend l'utilisation du masque obligatoire dans les lieux publics ouverts

Avec le renforcement des mesures viendra également le renforcement des contrôles, en partie des amendes, pour contrôler le respect des règles. Castex a même évoqué la fermeture temporaire d'établissements publics qui ne respectent pas les mesures.

Les concentrations de plus de 5000 personnes, interdites jusqu'en octobre

Les stades, les organisateurs d'événements et les salles de concert devront attendre avant de revenir pour accueillir de grandes foules. Jean Castex a également annoncé que l'interdiction des concentrations de plus de 5 000 personnes restera en vigueur jusqu'à fin octobre.

Une mesure qui impactera, entre autres, les saisons sportives qui sont sur le point de commencer. Ce mercredi 12 août, les organisateurs du Semi-Marathon et du Marathon de Paris, qui devaient courir en novembre, ont annoncé leur annulation.

Cette limite de capacité devait être levée en septembre prochain. Cependant, le chef du gouvernement français a expliqué qu'il existe «la possibilité que les préfets abrogent la mesure si le strict respect des protocoles sanitaires est vérifié».

Selon les chiffres de la santé publique, la semaine dernière, 525 887 tests PCR ont été réalisés en France et 8 203 d'entre eux étaient positifs. Bien que la quantité de tests soit satisfaisante, Castex espère améliorer l'accès aux tests, en particulier pour les personnes présentant des symptômes de Covid-19. Pour cela, des «circuits spécifiques» seront créés dans tout le pays pour éviter des périodes très longues «parfois incompatibles avec des soins adaptés et rapides (aux patients)».