Première modification:

Le ministère français de l'Éducation a publié cette semaine des protocoles de santé au milieu de l'épidémie de Covid-19 pour les établissements d'enseignement à partir de septembre. La distanciation physique ne sera plus obligatoire dans les écoles primaires et secondaires, mais pas dans les universités, qui rouvriront leurs portes pour la première fois depuis la garde.

En France, les étudiants de la maternelle à l'université reprendront les cours en septembre. Cependant, les règles ne seront pas les mêmes pour les collèges et les établissements d'enseignement supérieur.

Pour les écoles, c'est un protocole aux règles plus souples puisque «la circulation du virus a diminué dans tout le pays», lit-on dans le document de sept pages publié cette semaine par le ministère de l'Éducation nationale. Il explique en outre que «les données sont encourageantes concernant l'impact de la transmission du Covid-19 sur les enfants».

Le guide suit ce qui est prescrit par le Haut Conseil de la Santé Publique qui depuis le début cherche à assouplir les mesures tel qu'il est écrit dans ce document qui date du 7 juillet dernier mais qui n'a été publié que cette semaine, près d'un mois plus tard.

La distanciation sociale ne sera pas obligatoire dans les écoles

Selon le document, lorsqu'il est "matériellement impossible", le mètre de distance entre eux dans les salles de classe, les ateliers, les bibliothèques et les cafétérias n'est plus obligatoire. Cependant, les espaces doivent être organisés de manière à ce que la plus grande distance possible entre les élèves puisse être maintenue. Dans les espaces extérieurs, par exemple dans les terrains de jeux, cela est exclu de la maternelle à l'école primaire.

En maternelle, l'utilisation de masques faciaux est interdite, dans les écoles élémentaires, les masques ne seraient disponibles que dans le cas où un élève présente des symptômes et est évacué des installations.

Les établissements d'enseignement devront être ventilés toutes les trois heures et les sols et surfaces désinfectés quotidiennement. Photo prise dans une école à Cannes, France, le 10 avril 2020
Les établissements d'enseignement devront être ventilés toutes les trois heures et les sols et surfaces désinfectés quotidiennement. Photo prise dans une école à Cannes, France, le 10 avril 2020 AFP – VALERY HACHE

Cependant, les étudiants de plus de 11 ans devront porter un masque à la fois dans des espaces fermés et ouverts à chaque voyage qu'ils effectuent. En classe, ils doivent également l'utiliser si la distance d'un mètre n'est pas possible et s'ils sont face à face ou côte à côte. Les étudiants seront responsables de garder une réserve de masque.

En fait, le masque est obligatoire pour les lycéens, à l'intérieur comme à l'extérieur.

Règlement du personnel

Les enseignants et tous ceux qui travaillent dans les écoles et collèges doivent superviser le lavage des mains, notamment à l'école primaire, qui doit être fait à l'arrivée à l'établissement, avant chaque repas et après avoir utilisé la salle de bain.

Le masque n'est pas obligatoire pour les enseignants pendant les classes préscolaires, mais il est obligatoire dans tous les espaces communs où la distance sociale ne peut être maintenue, comme dans la salle des enseignants.

La limitation du passage entre groupes d'élèves lors des changements de classe ou sur le transport scolaire est également levée. Mais chaque établissement peut organiser les journées pédagogiques comme il lui convient, bien que le ministère demande d'éviter les foules lorsque les parents déposent ou récupèrent leurs enfants à l'école.

Enfin, le document met l'accent sur le nettoyage et la désinfection des espaces pour éviter la propagation du virus. Les surfaces et les sols doivent être nettoyés au moins une fois par jour et la ventilation doit être fréquente, toutes les trois heures.

Il est à nouveau permis, oui, d'accéder à des jeux pour enfants et de partager des fournitures telles que des balles, des jeux, des livres, des crayons, entre autres.

À l'université, l'utilisation d'un masque sera obligatoire

Les 74 universités du pays rouvriront leurs portes après leur fermeture le 16 mars pour cause de confinement. Ses élèves sont les seuls à ne pas pouvoir reprendre les cours en présentiel et à terminer l'année virtuellement.

Selon une circulaire du 6 août, bien que les règles soient un peu plus laxistes, la vigilance est de mise, puisque le virus est toujours présent. Comme dans le cas des écoles et collèges, le respect des mesures de barrière et surtout de la distance d'un mètre entre eux doit être maintenu, laissant un siège vide dans la mesure du possible.

Dans les collèges, le masque sera obligatoire pour la rentrée scolaire cet automne. Photo d'un étudiant masqué devant l'Université de Bordeaux le 1er avril 2020.
Dans les collèges, le masque sera obligatoire pour la rentrée scolaire cet automne. Photo d'un étudiant masqué devant l'Université de Bordeaux le 1er avril 2020. © Nicolas Tucat, AFP

Chaque étudiant universitaire et tout professeur doivent porter un masque à chacun de leurs déplacements et doivent l'utiliser en tout temps dans les bibliothèques. De plus, chaque établissement devra contrôler la circulation pour éviter les foules. La capacité des amphithéâtres devra être réévaluée.

Toutes ces règles s'appliqueront sur l'ensemble des campus et dans les résidences universitaires et les restaurants, ce qui peut établir des horaires plus flexibles.

Les cours virtuels continueront

Les cours à l'université ne seront pas toujours en face à face. Le ministère recommande de réévaluer la capacité des amphithéâtres. C'est pourquoi Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, a demandé aux universités de continuer avec des master classes à distance pour éviter que ces classes ne soient pleines.

En ce qui concerne l'organisation des colloques et séminaires, ceux-ci devront suivre les mêmes règles sanitaires avec l'accord préalable des doyens.

Le ministère veut anticiper au cas où la crise sanitaire s'aggraverait à nouveau dans le pays. Pour cette raison, il indique que les mesures peuvent être renforcées si nécessaire. Mais il demande également à chaque établissement de travailler à la mise en place d'outils numériques permettant une continuité pédagogique tant pour les étudiants nationaux qu'étrangers.